Loin de notre système solaire, les galaxies voisines regorgent de mystères que les scientifiques tentent de découvrir. L’un d’entre eux vient d’être percé dans la galaxie d’Andromède, et il surprend les astronomes. Une étoile qui explose chaque année y a été découverte, mais le plus étonnant est qu’elle explose… depuis des millions d’années !

 

LA PREMIÈRE DU GENRE

A l’évocation d’une étoile qui connaît des éruptions annuelles, on pense tout de suite à une étoile massive. Pourtant, M31N 2008-12a est en réalité une naine blanche possédant des caractéristiques atypiques.

Cette petite étoile, qui possède un partenaire dans son orbite, aspire l’hydrogène voisin. L’attraction gravitationnelle de la naine blanche chauffe et comprime l’hydrogène accumulé. Quand celui-ci atteint une température et une pression élevée, de l’hélium se crée générant une explosion en surface.

L’explosion donne plus d’intensité à la naine blanche (jusqu’à un million de fois plus intense que ce qu’elle émet habituellement) et éjecte la matière à une vitesse équivalente à 3 % de la vitesse de la lumière. Les éruptions répétées font que M31N 2008-12a, a accumulé autour d’elle un cocon de gaz et de poussière qui ne cesse de s’étendre.

 

UNE ÉRUPTION ANNUELLE ÉTERNELLE ?

M31N 2008-12a s’est vu décerner par les spécialistes le titre de nova la plus récurrente, à cause de sa fréquence d’explosion. Des éruptions ont lieu à sa surface au moins une fois par an, et ce, depuis plusieurs millions d’années. Un record car en règle générale, les novas récurrentes n’explosent qu’une fois tous les 10 ans environ. Allen Shafter, co-auteur de l’étude à l’Université de San Diego State publiée dans la revue Nature, a avoué avoir été très surpris par la découverte.

Cependant, cette longévité prendra fin dans plusieurs milliers d’années. Quand la naine blanche dépasse un certain seuil (une masse équivalent à 1,4 fois la masse du Soleil), elle se changera en supernova ou deviendra une étoiles à neutrons. Les éruptions fréquentes de M31N 2008-12a laissent penser que sa « transformation » est proche, même si elle ne devrait survenir que dans 40 000 ans.

Une naine blanche © Wikimédia / NASA

 

UNE PORTE VERS D’AUTRES NOVAS RÉCURRENTES ?

Les novas récurrentes sont observées depuis déjà plusieurs décennies mais la découverte de M31N 2008-12a ouvre un nouveau champ de recherches. Il est possible qu’ailleurs dans la galaxie d’Andromède et au-delà, d’autres novas récurrentes existent.

C’est désormais cette population potentiellement massive que les astronomes veulent découvrir. Plus les sujets d’étude seront nombreux, plus il sera facile de mieux comprendre comment l’Univers a évolué au cours de l’Histoire.

© Wikimédia / Caelum Observatory

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de