Vue d’artiste des derniers instants du spécimen de Vectaerovenator inopinatus récemment identifié — © Trudie Wilson

Cette étude britannique suggère que les quatre os récemment découverts sur l’île de Wight appartenaient à une espèce jusqu’alors inconnue de dinosaure théropode, vaste groupe incluant le Tyrannosaure et les oiseaux modernes.

Un théropode marin mesurant 4 mètres de long

Dans le cadre de ces travaux à paraître dans la revue Papers in Palaeontology, une équipe de paléontologues de l’université de Southampton a passé plusieurs mois à étudier quatre os découverts l’année dernière dans la baie de Shanklin, sur l’île de Wight (située au large de la côte sud de l’Angleterre). Après un examen approfondi, il s’est avéré que les os provenaient du cou, de la colonne vertébrale et de la queue d’une espèce de dinosaure auparavant inconnue.

Mesurant environ 4 mètres de long, l’animal était un dinosaure théropode, groupe de carnivores majoritairement bipèdes incluant le terrible Tyrannosaurus rex, et a vécu au Crétacé, il y a environ 115 millions d’années. Selon les chercheurs, il s’agissait d’un reptile marin, qui évoluait par conséquent entre la terre et les eaux.

Cette nouvelle espèce a été baptisée Vectaerovenator inopinatus par les scientifiques, un nom faisant référence aux larges creux découverts dans certains des os, que l’on observe couramment chez les théropodes et qui ont aidé les scientifiques à identifier l’espèce. Proches de celles qu’on retrouve chez les oiseaux modernes, ces structures remplies d’air connues sous le nom de sacs aériens ont probablement contribué à améliorer les capacités respiratoires de l’animal tout en allégeant son squelette.

« Nous avons été frappés par le fait que le squelette de cet animal soit si creux. Il était littéralement criblé de cavités, ce qui suggère que certaines parties de son squelette devaient être assez fragiles », explique Chris Barker, chercheur principal de l’étude. « Les données sur les dinosaures théropodes du Crétacé moyen en Europe sont limitées, c’est pourquoi il est très intéressant de pouvoir mieux appréhender la diversité des espèces de dinosaures de cette époque. »

Scan 3D de l’un des os découverts sur l’île de Wight

« C’est vraiment une découverte rare »

Les quatre os avaient été découverts à quelques mois d’intervalle l’année dernière. Ces récents travaux ont conclu qu’ils provenaient probablement du même spécimen, qui vivait au nord de l’endroit où les fossiles ont été trouvés. Selon les chercheurs, les os du théropode auraient été emportés par les flots jusqu’au rivage de l’île, considérée comme l’un des endroits les plus susceptibles d’abriter des fossiles de dinosaures en Europe.

« Je marchais le long de la plage en donnant machinalement des coups de pied dans les pierres, et je suis tombé sur ce qui ressemblait à un os de dinosaure », explique Paul Farrell, habitant de la ville de Ryde ayant découvert l’un de ces fossiles. « J’ai été vraiment stupéfait d’apprendre qu’il pouvait s’agir d’une nouvelle espèce. » Les trois autres ont été repérés par des chasseurs de fossiles aguerris, qui ont rapporté leurs découvertes au musée dédié aux dinosaures de l’île de Wight, où ceux-ci seront bientôt exposés.

« On ne trouve généralement pas de dinosaures dans les gisements de Shanklin, car ils ont été enfouis dans la mer. Il est beaucoup plus probable que vous trouviez des huîtres fossiles ou du bois à la dérive, donc c’est vraiment une découverte rare », souligne l’un des chercheurs ayant étudié les os.

« Ces remarquables découvertes de fossiles d’une même espèce vont venir enrichir notre vaste collection », estime Martin Munt, conservateur du Dinosaur Isle Museum. « C’est une véritable chance d’avoir pu confirmer leur importance et de les exposer afin que le public puisse les admirer. »

Deux des os étudiés par les chercheurs, présentant de nombreuses cavités — © University of Southampton

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de