Cette intelligence artificielle assiste les policiers en détectant les déclarations mensongères

Des chercheurs britanniques et espagnols ont créé une intelligence artificielle capable de détecter les mensonges dans les plaintes écrites pour vol ! Le programme, testé depuis plus d’un an par la police espagnole, est un franc succès ! En effet, VeriPol se montre efficace dans 83 % des cas, tout en faisant gagner du temps à la police. Décourageante, son utilisation a aussi réduit le nombre de fausses déclarations de vol.

 

UNE INTELLIGENCE ARTIFICIELLE AU SECOURS DE LA POLICE

VeriPol est une intelligence artificielle, née des recherches des université de Cardiff, au Royaume-Uni, et de Carlos III, à Madrid, en Espagne. Les développeurs de ce détecteur de mensonges ont récemment publié leur étude dans la revue scientifique Knowledge-Based Systems. Cette IA s’appuie sur une combinaison d’analyse automatique des textes et de deep learning, c’est-à-dire qu’elle est dotée de réseaux de neurones artificiels qui lui permettent d’apprendre seule, en se basant sur une multitude de données réelles.

Ainsi, les scientifiques ont utilisé 1122 plaintes, dont seules 534 étaient conformes à la vérité. VeriPol a donc appris à reconnaître les éléments caractéristiques des fausses déclarations de vol, comme le manque de détails, l’absence de témoins ou de preuves, ou encore une importance exagérée donnée aux objets volés. A présent, l’intelligence artificielle est capable de signaler elle-même les mensonges des plaignants. Mais avant d’exposer leurs résultats, les chercheurs ont envoyé VeriPol sur le terrain !

Pexels

 

83 % DE PRÉCISION EN CONDITIONS RÉELLES

Ainsi, dès juin 2017, l’IA était testée à Murcie et Malaga. Elle y a fait preuve d’une grande efficacité, puisqu’elle a pu identifier 83 % des fausses plaintes pour vol. En effet, en une semaine seulement, VeriPol a détecté 25 faux vols à Murcie et 39 à Malaga, tandis qu’entre 2008 et 2016, au mois de juin, les policiers n’ont pu identifier en moyenne que 3,33 mensonges à Murcie et 12,14 à Malaga.

Le Dr José Camacho-Collados, coauteur de l’étude, s’est réjoui que le travail des équipes des universités de Cardiff et de Carlos III « a donné un aperçu fascinant de la façon dont les gens mentent à la police ». Il ajoute que « les policiers de toute l’Espagne utilisent maintenant VeriPol et l’intègrent dans leurs pratiques de travail ». Enfin, il espère « qu’en montrant que la détection automatique est possible, elle dissuadera les gens de mentir à la police ».

© Pixabay

On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas.

— Alphonse de Lamartine