Ce volcan qui menace l’humanité va entrer en éruption, voici comment la NASA veut éviter le désastre

Tous les 600 000 ans environ, la caldeira de Yellowstone entre en éruption, et la prochaine, qui pourrait anéantir l’humanité tout entière, serait pour bientôt selon les scientifiques. La NASA étudie différentes pistes afin d’éviter une catastrophe planétaire et projette notamment de créer une centrale géothermique révolutionnaire.

 

L’éruption du supervolcan de Yellowstone précipiterait la fin de l’humanité

Les supervolcans figurent parmi les plus grandes menaces naturelles pour l’humanité selon la NASA, et la probable prochaine éruption de celui de Yellowstone (États-Unis), situé dans le parc national du même nom, fait craindre le pire aux géologues et spécialistes de la question. Mesurant environ 85 kilomètres de longueur pour 45 de large, ce dernier abrite en effet une gigantesque chambre magmatique qui pourrait précipiter la fin de l’humanité, s’il venait à entrer en éruption. Selon les estimations de l’ONU, cela marquerait le début d’un terrible hiver volcanique et provoquerait une famine mondiale, en nous laissant assez de réserves de nourriture pour survivre deux mois et demi.

Une éruption volcanique se produit lorsque le magma, produit de la fusion partielle des roches à quelques dizaines de kilomètres de profondeur, atteint la surface de la Terre. Lorsque la chaleur augmente dans le volcan, la fonte du magma s’accélère et les gaz dégagés provoquent le début de la phase explosive. Afin d’éviter qu’un tel scénario-catastrophe ne se produise, la NASA étudie très sérieusement la possibilité de refroidir le supervolcan de Yellowstone en utilisant de grandes quantités d’eau.

Les nombreux geysers du Parc de Yellowstone témoignent d’une forte activité volcanique © Pixabay

 

La NASA privilégierait un forage de 10 km pour refroidir le supervolcan

La construction d’un grand aqueduc dans la région de Yellowstone représenterait la solution la plus logique pour assurer le refroidissement du supervolcan selon la NASA, mais sa mise en œuvre est quasiment impossible pour deux raisons : les coûts seraient faramineux et l’opinion publique verrait d’un très mauvais œil le fait que de telles quantités d’eau, dont nous manquons de plus en plus, soient utilisées à de telles fins. Heureusement, les chercheurs disposent d’une solution alternative, consistant à réaliser un forage de 10 km de profondeur sur le flanc du supervolcan, afin de le refroidir lentement en pompant de l’eau sous pression.

Évalué à près de 3,5 milliards de dollars, ce plan s’avérerait également très coûteux, mais cela ne représenterait finalement pas grand-chose au regard du cataclysme qu’il permettrait d’éviter. Par ailleurs, cette solution alternative présenterait également un autre avantage non négligeable selon la NASA : « Nous pourrions utiliser ce forage afin de créer une centrale géothermique générant de l’énergie à des prix extrêmement compétitifs ». Cette solution permettrait non seulement de rembourser l’investissement initial, mais également d’alimenter la région en électricité pendant des centaines d’années.

Soyez donc rassurés, la NASA surveille étroitement l’évolution du supervolcan de Yellowstone, et dispose d’ores et déjà de plusieurs pistes afin d’éviter que son éruption ne se produise.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux