Illustration d’une puissante explosion de rayons X jaillissant d’un magnétar — © NASA Goddard Space Flight Center/Chris Smith (USRA)

Des astronomes espagnols ont été témoins de l’éruption cataclysmique d’un magnétar, libérant en une fraction de seconde une quantité d’énergie équivalente à celle d’un milliard de soleils.

Une éruption surpuissante

Lorsque des étoiles vraiment massives meurent, elles le font avec fracas, déclenchant une explosion de supernova. Par la suite, certaines s’effondrent sous leur propre poids, formant des trous noirs, tandis que celles qui n’y parviennent pas deviennent souvent des étoiles à neutrons, dont la densité stupéfiante n’est surpassée que par celle des trous noirs. On estime ainsi qu’un cuillère à café de matériau d’étoile à neutrons pèserait environ un milliard de tonnes.

Il existe plusieurs types d’étoiles à neutrons, dont les magnétars. Se révélant assez rares, avec seulement quelques dizaines d’objets de ce type identifiés jusqu’à présent, ces astres possèdent des champs magnétiques extrêmement puissants, mille milliards de fois plus puissants que celui de la Terre, et entre 100 et 1 000 fois plus puissants que celui d’un pulsar radio. Ce qui fait essentiellement d’eux les aimants les plus puissants de l’Univers.

Décrite dans la revue Nature, l’éruption géante a été détectée le 15 avril 2020 lors de l’observation d’un astre situé dans la galaxie du Sculpteur à l’aide du moniteur d’interactions atmosphère-espace (ASIM) de la Station spatiale internationale. Selon l’équipe, l’évènement GRB 2001415, dont le signal s’est transformé en bruit de fond en une fraction de seconde, n’aurait pu être repéré sans le système d’intelligence artificielle intégré à l’instrument.

— Lukasz Pawel Szczepanski / Shutterstock.com

« Même à l’état inactif, les magnétars peuvent se révéler 100 000 fois plus lumineux que le Soleil », souligne Alberto Castro-Tirado, astronome à l’université de Málaga et auteur principal de l’étude. « Dans le cas de GRB 2001415, l’énergie libérée s’est révélée équivalente à celle émise par le Soleil en 100 000 ans, en seulement deux courtes pulsations quasi périodiques ayant duré 160 millisecondes environ. »

Des causes à déterminer

Si les chercheurs ignorent les causes exactes de ces éruptions, elles pourraient être dues à des instabilités dans la magnétosphère ou à des « tremblements de terre » produits dans la croûte. Des recherches supplémentaires pourraient les aider à révéler les mécanismes qui déclenchent ces rots cosmiques aussi effrayants que fascinants.

« Bien que ces éruptions aient déjà été détectées dans deux des trente magnétars identifiés au sein de la Voie lactée et dans certaines autres galaxies proches, GRB 2001415 serait l’éruption de magnétar la plus lointaine jamais observée », concluent les auteurs de l’étude.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de