Accueil Monde Histoire

Perdue depuis plus d’un siècle, l’épave du SS Nemesis découverte au large de l’Australie

Malgré la découverte de débris et de corps de plusieurs membres d’équipage, l’emplacement exact de l’épave demeurait jusqu’à récemment inconnu

navire-disparu
Image d’illustration — Malbert / Shutterstock.com

L’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO) d’Australie a résolu un mystère archéologique tenace, en identifiant formellement l’épave d’un tristement célèbre navire britannique.

Un mystère archéologique tenace

Transportant du charbon de Newcastle à Melbourne, le navire à vapeur SS Nemesis avait été aperçu pour la dernière fois en juillet 1904 au large de la côte de la Nouvelle-Galles du Sud par l’équipage d’une autre embarcation, alors que les deux bateaux affrontaient une violente tempête.

Si, au cours des semaines suivantes, des débris et les corps de plusieurs membres d’équipage s’étaient échoués sur la plage de Cronulla, l’emplacement exact de l’épave allait rester un mystère pendant plus d’un siècle.

Il a fallu attendre 2022 pour que la société australienne Subsea Professional Marine Services, à la recherche de conteneurs perdus au large de Sydney, repère les vestiges de cette embarcation de 73 mètres de long, à environ 26 kilomètres des côtes.

Afin de confirmer qu’il s’agissait bel et bien du SS Nemesis, les experts du CSIRO ont dans un premier temps cartographié la zone à l’aide de sondeurs multifaisceaux perfectionnés, avant de déployer des caméras sous-marines afin d’inspecter l’épave, gisant à une profondeur d’environ 160 mètres.

Identification formelle

Située vers le bord du plateau continental et reposant debout sur le fond marin, celle-ci présentait des dommages et une détérioration importants au niveau de la proue et de la poupe, mais certaines structures clés, incluant ses ancres, étaient encore intactes, ce qui a permis d’identifier formellement le navire.

Selon les chercheurs, cette découverte archéologique importante implique également que les familles des disparus pourront désormais se rendre sur les lieux du naufrage afin de les commémorer.

Pour les équipes du CSIRO, la prochaine étape va consister à créer un modèle 3D haute résolution de l’épave à partir des séquences capturées par les caméras sous-marines.

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Messenger
Exit mobile version