— Robert Way / Shutterstock.com

C’est une question qui fait polémique depuis le début de la pandémie de Covid-19 : la Chine a-t-elle prévenu l’Organisation mondiale de la santé (OMS) suffisamment tôt ? Une enquête de l’agence Associated Press (AP) montre qu’en interne, des responsables de l’agence onusienne se seraient plaints du manque de transparence de la Chine au sujet du virus, en janvier.

Mardi 2 juin, l’agence Associated Press (AP) publiait une enquête dans laquelle elle affirme que la Chine aurait tardé à transmettre les informations concernant le virus à l’OMS. En public et sur un plan officiel, l’agence onusienne vantait les mérites du pays sur sa réaction « rapide » et l’a remercié d’avoir partagé la carte génétique du virus « immédiatement » et d’avoir été transparent.

Mais en coulisses, selon AP, des responsables se sont plaints, dès la deuxième semaine de janvier, des retards de la Chine concernant les informations liées au virus ainsi que sa dangerosité. Les informations dont dispose l’AP, qui se base sur des documents internes à l’agence et des enregistrements, révèlent que la Chine aurait en réalité révélé la fameuse carte génétique du virus plus d’une semaine après que 3 laboratoires dans le monde l’ont décodé.

« Nous en sommes actuellement au stade où, oui, ils nous la donnent quinze minutes avant que [l’information] n’apparaisse à l’antenne de la CCTV », regrette le Dr Gauden Galea, haut responsable de l’OMS en Chine. Maria Van Kerkhove, responsable technique de l’OMS pour le Covid-19, a déclaré lors d’une réunion interne : « Nous ne disposons que d’un minimum d’informations. » Ce n’est que le 30 janvier que l’OMS a décrété que le coronavirus constituait « une urgence de santé publique de portée internationale », alors que plus de 170 morts avaient déjà été dénombrés et 8 100 personnes contaminées.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de