22 sites écologiques qui produisent de l’énergie renouvelable pour construire un avenir plus propre

Les considérations écologiques devenant de plus en plus importantes, certains projets s’adaptent à la nécessité actuelle de prendre soin de l’environnement. SooCurious vous présente 22 techniques ou constructions écologiques innovantes.

 

La centrale d’Ivanpah

Ivanpah

Située dans le désert de Mojave, à environ 65 km de Las Vegas, la centrale solaire d’Ivanpah déploie 173 500 miroirs mobiles, ou miroirs héliostats sur 14 km carrés, concentrant l’énergie solaire sur des chaudières. Détenue par trois entreprises, NRG Solar, Google et BrightSource Energy, il s’agit de la plus grande centrale solaire thermique du monde.

 

La centrale de Ouarzazate

Centrale-solaire-Ouarzazate

La centrale solaire de Ouarzazate, au Maroc, est la plus grande centrale utilisant le photovoltaïque au monde. Située dans le désert du Sahara et répartie sur 2000 hectares, elle permettra d’alimenter, une fois achevée, 2 millions de foyers marocains.

 

Le toit des bureaux d’AGL Energy à Melbourne

AGL-Energy

Dans le quartier des Docklands, dans la ville australienne de Melbourne, le toit des bureaux de l’entreprise AGL Energy fait figure d’exemple. Il est recouvert de 20 000 mètres carrés de panneaux solaires qui génèrent environ 110 000 kWh d’électricité par an.

 

La centrale de la base Nellis

Nellis

Sur la base de l’Air Force, la Nellis, au nord-est de Las Vegas, se trouve une centrale solaire répartie sur plus de 400 000 mètres carrés : la Nellis Solar Power Plant, l’une des centrales solaires photovoltaïques les plus grandes du monde.

 

La façade d’un immeuble berlinois

Berlin

A Berlin, sur la façade sud d’un immeuble de la capitale allemande, les cellules photovoltaïques ont remplacé les dalles conventionnelles pour produire environ 25 000 kWh d’électricité solaire par an, qui est injectée au réseau public.

 

La centrale solaire PS10

PS10

Située près de Séville, en Espagne, la centrale solaire PS10 est constituée de 624 miroirs héliostats. D’un coût total de 35 millions d’euros, elle permet désormais de fournir de l’électricité à 6000 foyers au maximum.

 

La centrale hydroélectrique de Madras, dans l’Oregon

Madras

Dans la ville de Madras, dans l’Etat américain de l’Oregon, se trouve une petite centrale hydroélectrique construite par le géant de l’électricité Schneider. Désormais, elle appartient à l’entreprise Apple qui s’en sert pour fournir une partie de l’électricité nécessaire à son centre de données.

 

Le Costa Rica

Costa-Rica

Le Costa Rica, pays d’Amérique centrale, est capable de s’alimenter en électricité en très grande partie sans recourir aux énergies fossiles, et donc à partir d’énergies renouvelables. Pour ce faire, la nation utilise l’hydroélectricité, mais aussi la géothermie, soit l’utilisation de la chaleur du sous-sol, l’éolien, le solaire ou encore la biomasse (la transformation des déchets en énergie par combustion).

 

La ferme éolienne de San Gorgonio Pass

San-Gorgonio-Pass

Dans l’Etat américain de Californie, se trouve la ferme éolienne du col de San Gorgonio, un des trois grands parcs éoliens de l’Etat. Composé de 3218 éoliennes, l’endroit produit plus d’électricité que toute autre installation américaine.

 

Le London Array

London-Array

Au large des côtes britanniques du Kent et de l’Essex, se trouve le plus grand parc éolien en mer du monde. Equipé de 175 turbines, il permet d’alimenter jusqu’à 500 000 foyers.

 

L’AK-1000

AK-1000

Conçue pour affronter des conditions extrêmes, l’AK-1000 est une hydrolienne équipée de deux turbines hautes de 22,5 mètres et dont les rotors mesurent 18 mètres de diamètre. Encore en construction en 2016, le projet écossais devrait, à terme, alimenter jusqu’à 200 000 foyers.

 

La centrale électrique de Salton Sea

Salton-Sea

La Salton Sea Power Station, située dans la ville californienne éponyme, exploite l’énergie géothermale en puisant dans la chaleur souterraine profonde.

 

La centrale géothermique de Nesjavellir

Islande-1

Au sud-ouest de l’Islande, près du volcan Hengill, se trouve la centrale géothermique de Nesjavellir, qui exploite la chaleur émise par le sol. D’ailleurs, le pays produirait environ 70 % de son énergie totale consommée à partir de la géothermie.

 

La centrale géothermique de Krafla

Islande-2

Autre symbole du potentiel de l’énergie géothermique islandaise, la centrale de Krafla exploite le même type d’énergie que son équivalente de Nesjavellir. Achevée en 1977, elle fut la première construction de ce type à grande échelle.

 

L’exploitation des eaux usées

Eaux-usées

A Cheyenne, dans l’Etat américain du Wyoming, se trouve le centre de collecte des eaux de Dry Creek. Là, Microsoft se sert du biogaz émis pour produire les 200 kilowatts d’électricité nécessaires à l’approvisionnement de son centre de données.

 

Le Pelamis Platurus

Pelamis

Développé par la société écossaise Pelamis Wave Power, le Pelamis Platurus est un ensemble de quatre cylindres reliés par des articulations, destiné à récupérer l’énergie des vagues. Le dispositif achemine ensuite l’énergie sous forme d’électricité jusqu’à la côte par un câble sous-marin.

 

Le système électrique TidGen

Tidgen

Conçu par l’entreprise américaine Ocean Renewable Power Company, le système TidGen est conçu pour produire de l’électricité à partir des marées et des rivières profondes. Il fonctionne à partir de quatre turbines fixées au fond de l’eau qui exploitent la force des courants de marée pour produire de l’électricité.

 

La SeaGen

Seagen-1 Seagen-2

SeaGen est la première centrale commerciale au monde à produire de l’électricité à partir de l’énergie marémotrice, c’est-à-dire à partir de l’exploitation des marées. Mise en service en 2008, l’usine se trouve en mer d’Irlande et peut fournir en électricité environ 1500 foyers grâce à deux grands rotors sous-marins entrainés par la force des courants jusqu’à 20 heures par jour.

 

L’Azura

Azura

Situé à proximité de l’île d’Oahu, sur l’archipel d’Hawaï, Azura est un engin immergé à 30 mètres de fond dans l’océan qui convertit les mouvements horizontaux et verticaux des vagues en électricité.

 

Le WS-4

WS-4

Le WS-4 est un ensemble de 4 turbines verticales qui sont situées à la station radar Da Jinshan, en Chine. Elles exploitent les vents violents des endroits éloignés, comme en mer.

 

Le parc éolien d’Altamont Pass

Altamont-Pass

Situé en Californie, le parc éolien d’Altamont Pass est composé de 4930 petites éoliennes, et notamment d’éoliennes à axe vertical de type Darrieus, qui possèdent un rendement plus faible, mais émettent un bruit réduit.

 

L’éolienne compacte

Eolienne-compacte-1 Eolienne-compacte-2

Cette éolienne compacte a été conçue par l’université d’Etat de Cleveland pour l’équipe de baseball des Indians de Cleveland et a produit de l’électricité dans leur stade, le Progressive Field, de 2012 à 2013.

Ces installations sont de très bonnes solutions à la préservation de l’environnement car elles permettent de produire de l’électricité tout en respectant la planète. Surtout, elles illustrent l’intérêt de plus en plus grand de l’Homme pour ce type de problématiques. Si l’écologie vous intéresse, découvrez également ce surprenant vélo d’appartement qui vous permet de laver votre linge tout en faisant du sport.


Le cheval dort aussi bien debout que couché

— @DailyGeekShow