Des chercheurs américains ont récemment pu déterminer les principaux mécanismes génétiques contribuant à protéger les éléphants face au cancer, desquels la médecine humaine pourrait potentiellement s’inspirer.

Un nombre élevé de gènes suppresseurs de tumeurs

En dépit de leur taille et de leur longue durée de vie, les pachydermes se révèlent étrangement résistants au cancer. Dans le cadre de travaux présentés dans la revue eLife, une équipe de scientifiques des universités de Buffalo et de Berkeley est parvenue à en identifier la principale raison. Une découverte qui pourrait conduire au développement de nouvelles méthodes de traitement de ce type de maladie chez l’Homme.

« Logiquement, un corps massif renferme davantage de cellules, ce qui devrait se traduire par un risque de cancer plus élevé », explique le biologiste Vincent Lynch, auteur principal de l’étude. « Mais le fait que cela ne soit pas vrai pour toutes les espèces – un paradoxe de longue date dans la médecine évolutionniste et la biologie du cancer – indique que l’évolution a trouvé un moyen de réduire ce risque. »

Afin de déterminer les mécanismes en jeu chez les grands mammifères, Lynch et ses collègues se sont penchés sur les éléphants, ainsi que leurs ancêtres vivants et éteints.

« Nous avons fait des recherches sur le gène TP53, un suppresseur de tumeur bien connu, et avons cherché à savoir si le génome entier de l’éléphant contenait davantage de copies de ce type de gènes, ainsi que si cette tendance était générale ou spécifique à un seul gène », explique Lynch. « Il s’est avéré qu’elle était générale, et que les pachydermes possédaient un nombre élevé de copies supplémentaires de gènes suppresseurs de tumeurs, contribuant tous à leur résistance face au cancer. »

— CI Photos / Shutterstock.com

D’importantes implications

Selon les auteurs de l’étude, les éléphants possèdent non seulement des copies supplémentaires de gènes suppresseurs de tumeurs, mais également des génomes dotés de propriétés duplicatrices uniques, participant probablement à l’éradication des tumeurs cancéreuses.

L’équipe cherche actuellement à savoir comment ces découvertes pourraient contribuer à la prévention ou au traitement du cancer chez l’Homme.

— iacomino FRiMAGES / Shutterstock.com

« En déterminant comment les espèces de grande taille et à longue durée de vie ont développé de meilleurs moyens d’éradiquer le cancer, nous pouvons apprendre quelque chose de nouveau sur le fonctionnement de l’évolution et, espérons-le, trouver des façons d’utiliser ces connaissances afin de mettre au point de nouveaux traitements contre le cancer », conclut Juan Manuel Vazquez, co-auteur de l’étude.

10
COMMENTEZ

avatar
5 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
GarciaJuliendefiolle florenceCallicarpaCallicarpa Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
athena
Invité
athena

Pourvu qu’on ne se mette pas à utiliser les éléphants comme cobayes à nos expériences !
Quand l’homme se met à trouver un animal intéressant, on sait comment ça finit …

Callicarpa
Invité
Callicarpa

Je suis de votre avis ! On à l’impression que les chercheurs cherchent simplement pour le plaisir de chercher. Trouver est accessoire et les conséquences sur les animaux … Ils s’en fichent

Callicarpa
Membre
Callicarpa

Je suis d’accord avec vous. On a l’impression que les chercheurs cherchent simplement pour le plaisir de chercher et les conséquences sur les animaux ils s’en fichent !

defiolle florence
Invité
defiolle florence

athena tu as tout a fait raison,qu’on leurs foutent la paix.

Callicarpa
Membre
Callicarpa

Bonjour,  Cela fait combien d’années, 50, 60 … que des chercheurs du monde entier étudient et font des recherches sur le cancer et les associations, ligues … continuent de récolter des fonds depuis toutes ces années. J’ai envie de demander « Où va cet argent et à quoi ou à qui sert-il ? ». Qui n’a pas dans sa famille, ses amis, un ou plusieurs cas de décès à cause d’un cancer. Nous sommes de plus en plus nombreux à en mourir, car rares sont les cas de guérison. D’ailleurs, pour le cancer on ne parle pas de guérison mais de « rémission ».

Julien
Invité
Julien

Votre méconnaissance de la recherche scientifique est flagrante, plutôt que de la mettre en cause intéressez-vous réellement à ce qu’elle fait, lisez des publications. Qu’il est aisé d’avoir une opinion sur tout sans être expert sur ce que l’on déblatère. Je vais vous dire ou part l’argent : Il part dans l’étude de la recherche des mécanismes de transformation cancéreuse ainsi que la recherche de thérapies basées sur les découvertes faites au sujet du cancer. Par exemple la découverte de MDM2 a entrainé la recherche d’inhibiteurs de cette protéine dans le but de favoriser l’action de p53 et la destruction… Lire la suite »