― polya_olya / Shutterstock.com

Les écrans occupent une plus grande place dans le quotidien des parents et enfants depuis quelques années. Cette tendance s’est accentuée depuis le début de la pandémie de Covid-19. C’est notamment ce qu’une étude d’Ipsos pour l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique et l’Union nationale des associations familiales démontre.

Un problème sous-estimé

Les enfants passent plus de temps devant les écrans depuis le début de la pandémie, selon une étude Ipsos, pour l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique et l’Unaf, publiée le 4 février 2022. 44 % des parents et 53 % des enfants ont augmenté le temps qu’ils passent devant un écran depuis le début de la crise sanitaire mondiale. En ce qui concerne les enfants, leur consommation a augmenté sur presque tous les écrans : +23 % sur la tablette, +11 % sur le smartphone, +8 % sur la télévision et +6 % sur l’ordinateur.

Seul le temps passé devant la console de jeux vidéo a diminué au cours de ces deux dernières années. En effet, les enfants ont passé 6 % moins de temps devant leur console depuis le début de la pandémie de Covid-19.

L’étude démontre également que les parents ont tendance à sous-estimer le temps que leurs enfants passent devant un écran. En guise d’exemple, les enfants de sept à dix ans passent trois fois plus de temps sur leur smartphone que ce que leurs parents ne pensent. En réalité, ils passent près d’une heure et trente minutes par jour sur les écrans alors que l’estimation de leurs parents est de seulement 37 minutes.

— Steve Heap / Shutterstock.com

Des effets néfastes sur la santé et le bien-être des enfants

Il est important de savoir que cette tendance n’est pas sans conséquences. Les enfants sont victimes de maux de tête (43 %), de difficultés d’endormissement (42 %) et souffrent de la passivité (39 %). En outre, ils peuvent également être exposés à des contenus violents ou inappropriés. 5 % des enfants rapportent avoir été victimes de cyberharcèlement.

Les chercheurs déplorent ainsi la diminution ou le relâchement des règles visant à réguler les usages numériques. Ces derniers recommandent d’interdire les écrans aux enfants de moins de trois ans et de limiter l’utilisation d’écrans des enfants plus âgés.

« Concrètement, plutôt que de mettre le dessin animé Peppa Pig à son enfant le matin pour l’occuper, je conseille aux parents de lui faire écouter des musiques, des comptines sur un smartphone. L’enfant a l’écran mais pas l’image, ça développe son imaginaire et ça l’occupe tout autant », a indiqué Thomas Rohmer, fondateur et directeur de l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments