Oubliez le concept des 8 verres d’eau par jour, c’est un mythe

Il est de notoriété publique qu’il est important de boire de l’eau. C’est même vital car si le corps peut survivre plusieurs semaines sans manger, il ne peut survivre quelques jours sans eau.

Toutefois, si tout le monde s’accorde à dire que l’eau est importante dans nos vies, personne ne tombe vraiment d’accord sur la quantité exacte qu’on devrait ingurgiter chaque jour. N’invoquez pas le concept des 8 verres d’eau par jour car, comme le dit sans détour Michael Farrell, professeur à l’université Monash en Australie, « cela n’a aucune base ».

Pour résoudre ce dilemme, plusieurs chercheurs ont réalisé des études et mené des enquêtes sur notre consommation d’eau et sur la manière dont notre corps et notre cerveau appréhendent la soif. Nous vous livrons ci-dessous les résultats de ces diverses études et conclusions.

Au préalable, savez-vous pourquoi l’eau est d’une importance capitale pour notre corps ?

Beaucoup de nous savent théoriquement qu’il faut boire une certaine quantité d’eau par jour pour ne pas se déshydrater. Mais dans la pratique, d’où sait-on que c’est important ? Un petit cours d’anatomie s’impose.

Primo, il faut savoir que le corps humain est composé de 55 à 60 % d’eau mais ces chiffres varient d’un individu à l’autre en fonction de sa physionomie étant donné, par exemple, que le muscle contient plus d’eau que la graisse.

Secundo, notre sang se compose à 83 % d’eau et notre cerveau est chargé d’eau à 70 %. En d’autres termes, l’eau compose plus de la moitié de notre corps.

Notre corps est composé jusqu’à 60 % d’eau.

Savez-vous ce qui se passe quand on fait l’impasse sur l’eau ?

Pour comprendre les effets néfastes du manque d’eau, il faut voir le rôle de l’eau dans notre organisme.

En effet, l’eau joue un rôle de contenance dans notre corps en ce qu’il facilite le processus de digestion, élimine les toxines contenues dans le foie et les reins. De plus, il élimine l’excès de sodium présent dans le sang, maintient notre température corporelle et notre tension artérielle stables. Enfin, l’eau protège notre peau et nos tissus et maintient nos articulations lubrifiées.

On a également besoin de renouveler régulièrement l’eau dans notre corps en buvant car nous perdons de l’eau en allant aux toilettes, en transpirant et même en respirant.

Si une personne ne boit pas suffisamment d’eau, les conséquences s’en ressentent en seulement quelques heures selon une étude. Même une légère déshydratation peut affecter l’humeur, les performances physiques et les fonctions cognitives d’une personne.

Ne jamais sous-estimer le fait de bien s’hydrater.

La consommation d’eau des individus est très aléatoire

Un rapport de la Division américaine de la santé et de la médecine des académies nationales, datant de 2004, recommande que les femmes adultes devraient consommer en moyenne 11 verres d’eau par jour, tandis que les hommes devraient ingurgiter 15 verres d’eau par jour. Selon ce même rapport, nous tirons 20 % de notre besoin en eau dans la nourriture, notamment dans les fruits et légumes. En soustrayant ces 20 %, une femme adulte devrait ainsi boire 9 tasses par jour et un homme devrait en boire 12. Une conclusion que soutient également le groupe des Diététiciens du Canada pour les liquides non alimentaires.

Cependant, dans la réalité, la consommation d’eau varie d’une personne à une autre, selon son physique, selon ses activités, selon l’environnement dans lequel elle évolue.

C’est le cas par exemple des femmes enceintes ou allaitantes qui devraient boire plus d’eau qu’elles ne boivent en temps normal.

En 2017, une étude est parue dans la revue Nutrition and Healthy Aging qui a retracé la consommation d’eau des personnes âgées. Cette étude a révélé que les personnes âgées buvaient généralement moins que la quantité d’eau recommandée. Parmi les participants à cette étude, 56 % ont déclaré boire moins de six verres par jour tandis que 9 % buvaient même moins de 3 verres d’eau par jour. Or, d’autres recherches ont révélé qu’entre 6 à 30 % des individus âgés de plus de 65 ans hospitalisés souffraient de déshydratation.

Plus on vieillit, plus on a tendance à boire moins.

Que boire quand on a soif ?

Toutes les boissons ne se valent pas quand il s’agit d’étancher sa soif.

Une étude récente publiée dans la revue JAMA Pediatrics a révélé que 20 % environ des enfants et jeunes adultes ne buvaient que des boissons gazeuses. Pourtant, il faut savoir que les boissons gazeuses sont liées à la prise de poids et à la survenance de plusieurs maladies comme la dépression, le diabète et les crises cardiaques.

Les experts en santé insistent ainsi sur la prévalence de l’eau plate sur les autres types de boissons. Malgré tout, selon la Mayo Clinic et d’autres experts, vous pouvez diversifier votre consommation d’eau en buvant du lait, des jus de fruits et autres boissons alcoolisées. Même le café peut étancher votre soif.

Faîtes boire de l’eau plate à vos enfants.

Comment sait-on qu’on est déshydraté ?

Selon Christopher Zimmerman, étudiant diplômé en neuroscience à l’université de Californie, sise à San Francisco, vous avez soif quand votre sang devient trop salé. Plus précisément, il existe dans notre cerveau des neurones spécialisés dans l’identification de la soif.

Extérieurement, on peut savoir qu’on est bien hydraté si la couleur de notre urine est claire. Toutefois, si notre urine jaunit ou s’assombrit, cela signifie qu’on ne boit pas suffisamment d’eau. D’autres signes de déshydratation sont les mictions peu fréquentes, les lèvres qui deviennent bleues ou s’assèchent, ou encore l’apparition de taches cutanées, une respiration haletante, un sentiment de fatigue, les vertiges ou encore la fièvre.

Christopher Zimmerman déclare que dans des circonstances normales, votre corps et votre cerveau travaillent ensemble pour vous faire savoir que vous manquez d’eau. Toutefois, comme la sensation de soif varie d’un individu à l’autre, et surtout lors des canicules ou après un effort physique intense, il est recommandé de boire de l’eau même si vous n’avez pas soif.

Il est important d’avoir toujours une bouteille ou un verre d’eau à disposition.

Le processus de la désaltération enfin expliqué

Zimmerman explique que quand on boit un verre d’eau, l’eau pénètre d’abord dans l’estomac avant de s’écouler dans les intestins, de traverser les veines et le foie et de s’éparpiller dans le sang. Un processus qui dure environ 10 minutes. Pourtant, les chercheurs se demandaient comment se faisait-il que l’on ressente immédiatement la sensation d’être désaltéré en buvant de l’eau fraîche. Ils trouvèrent l’explication en s’intéressant à la bouche et à l’estomac.

En effet, dans les années 1990, une étude avait révélé que la bouche et l’estomac envoyaient des signaux de satiété au cerveau. Un mécanisme qui demeura un mystère jusqu’à très récemment.

En 2016, Zimmerman et Zachary Knight, le responsable de l’étude, ont voulu expliquer ce mécanisme en câblant des souris, et en observant leurs signaux sensoriels et cognitifs, dont le mécanisme de soif est similaire à celui des humains.

Dans la revue Nature où parut leur étude, les chercheurs ont révélé que quand des souris assoiffées buvaient de l’eau, leur sens envoyait un signal à leur hypothalamus, qui régule l’appétit et d’autres fonctions vitales, qui fermait les neurones de la soif.

Zimmerman explique que ce signal rapide de la bouche et de la gorge semble indiquer au cerveau que vous buvez et que cela satisfait les besoins de votre corps. Mais comment le système sensoriel sait que l’eau est pure, agira-t-il de la même façon si c’était de l’eau salée ?

Les chercheurs ont alors fait boire de l’eau salée aux rongeurs assoiffés. Il en a résulté que les signaux de soif se sont fermés un moment pour se rallumer le moment d’après. En d’autres termes, l’eau salée n’a pas réussi à maintenir longtemps le sentiment de satiété.

L’eau plate hydrate plus que l’eau salée.

La bouche et les intestins déterminent que vous êtes hydraté ou non

Une autre étude, publiée en 2018 dans Nature, et réalisée par Yuki Oka, professeur adjoint de biologie à Caltech et Vineet Augustine, étudiante en troisième cycle, a révélé qu’en buvant de l’eau, le mouvement de déglutition de la gorge envoyait des signaux de satiété aux neurones du cerveau.

Selon Augustine, « c’est une façon absolument nouvelle d’appréhender la soif car cela démontre que ce n’est pas seulement votre cerveau mais votre gorge et vos intestins qui jouent un rôle actif dans l’étanchement de la soif bien avant que l’eau ingérée ne se répande dans votre sang ».

Dès que nous buvons de l’eau, notre bouche et nos intestins le signalent à notre cerveau.

Boire trop d’eau est fatal, boire pas assez d’eau est fatal, comment trouver votre équilibre ?

Il faut savoir que si, d’un côté, l’insuffisance d’eau peut être néfaste voire mortelle pour votre organisme, d’un autre côté, en boire trop est également néfaste et mortel.

Il existe, en effet, une maladie, appelée intoxication hydrique ou hyponatrémie, qui se caractérise par la présence d’un excès d’eau dans le corps et entraîne le gonflement des cellules. Selon un article publié en 2015 dans le Clinical Journal of Sport Medicine, 14 athlètes ont été victimes de cette maladie. Le message est ainsi clair : Buvez de l’eau quand vous avez soif.

La bonne nouvelle c’est que votre corps vous préviendra si vous buvez trop d’eau. Une étude réalisée par Farell, un professeur à l’université Monash, a effectivement démontré qu’une fois que l’on atteint notre niveau de satiété en eau, ingurgiter plus d’eau nous demande un gros effort. Une réaction que les scientifiques appellent l’inhibition de la déglutition.

Pour terminer, la réponse à quelle quantité d’eau par jour devons-nous boire est simple et elle est résumée par Farell en ces mots : « Le message est : Faîtes ce qui vous vient naturellement. Buvez quand vous en ressentez l’envie. »

Il est important de boire dès qu’on en ressent l’envie ou après un effort physique.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de