— G-Stock Studio / Shutterstock.com

Les douleurs au niveau du cou peuvent être très pénibles et constituer une gêne au quotidien. De manière générale, les profanes vont conseiller de corriger la posture d’une personne pour se débarrasser de cette douleur sur une longue durée. Mais il faut pourtant savoir qu’une mauvaise posture n’est pas la seule cause possible des douleurs cervicales.

Les douleurs au cou, un problème parfois handicapant dans le milieu du travail

Une mauvaise posture peut effectivement être la cause des douleurs au cou, mais ce n’est certainement pas la seule raison à pouvoir être prise en compte. Une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de l’université A&M du Texas a notamment démontré que des facteurs comme l’âge, l’indice de masse corporelle ou encore le style de vie en général peuvent être à l’origine des douleurs cervicales. Ce dernier point pèse lourd dans la balance dans la mesure où un très grand nombre d’emplois sédentaires impliquent une posture assise et penchée devant un écran tout au long de la journée.

Si le style de vie a un impact important sur les douleurs au cou, les chercheurs ont noté que l’inverse est tout aussi vrai. « La douleur au cou est l’une des principales causes d’incapacité et qui connaissent la croissance la plus rapide au monde. Notre étude a mis en évidence une combinaison de facteurs professionnels et personnels qui influencent fortement la force et l’endurance du cou au fil du temps », a ainsi expliqué Xudong Zhang, coauteur de l’étude, dans un communiqué. Il a toutefois tenu à préciser que maintenant que ces différents facteurs ont été identifiés, il est désormais possible d’apporter les corrections nécessaires afin de préserver au mieux la santé de notre cou.

― Foxy burrow / Shutterstock.com

L’IMC et l’heure de la journée, des facteurs inattendus qui influencent les douleurs au cou

Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont mené une série d’expériences auprès de 20 hommes et 20 femmes sans aucun problème lié. Certaines de ces expériences consistaient notamment à faire des efforts contrôlés, des efforts similaires à ce qui se produit généralement sur le lieu de travail. Sans surprise, les chercheurs ont constaté que la posture jouait un rôle important dans la détermination de la force et de l’endurance du cou. Leurs données ont également révélé que l’âge et l’indice de masse corporelle (IMC) étaient des prédicteurs significatifs – l’IMC étant une estimation de la graisse corporelle basée sur la taille et le poids.

Mais ce qui a le plus surpris les chercheurs, c’est que le moment de la journée est également un paramètre très important à prendre en compte lorsqu’il s’agit de mesurer la capacité du cou à supporter l’effort sans se fatiguer. Les auteurs de l’étude ont en effet expliqué que s’il est normal de se fatiguer de plus en plus au cours d’une journée de travail, les participants à l’étude ont été testés de manière discontinue à des horaires différents. De plus, les horaires de travail des participants étaient également différents, puisque certains travaillaient de jour et d’autres de nuit. Malgré cela, l’effet de l’heure sur la fatigue cervicale a tout de même été observé.

Si les résultats de cette étude publiée dans la revue Human Factors apportent des éléments nouveaux sur les différentes causes des douleurs cervicales, les chercheurs admettent que d’autres études devront encore être menées pour parfaire la compréhension sur le sujet. Quoi qu’il en soit, les informations obtenues sont très prometteuses et permettront d’ores et déjà aux ingénieurs et aux concepteurs de développer des appareils et autres inventions pour soulager le cou. Les chercheurs ont également expliqué que cette étude constitue une base de données importante pour les futures études concernant les capacités à reprendre une vie normale avec moins de risques après avoir guéri d’une douleur cervicale.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de