Le site des impôts a exposé les données de millions de Français… en les offrant à Google

Le site des impôts français, via une vidéo, permet au géant américain Google de collecter des données d’utilisateurs en toute impunité.

UN CADEAU DE BERCY À GOOGLE 

Si vous avez tenté de vous connecter sur le site des impôts pour déclarer vos revenus en ligne, vous avez sans doute dû visionner une petite video explicative d’un peu plus de deux minutes sur le prélèvement à la source. Cette video hébergée par Youtube qui appartient à Google permet au géant américain d’avoir accès à des données d’utilisateurs et ainsi pouvoir enrichir leur tracking publicitaire. Le moteur de recherche peut remercier Bercy pour ce petit cadeau offert sur un plateau d’argent.

La video, obligatoire, a été visionné plus de 4,6 millions de fois depuis l’ouverture du site par la Direction Générale des Finances Publiques (DGRF). Un chiffre impressionnant et un potentiel énorme pour Google. Si vous possédez un compte Google et si vous y êtes connectés, c’est du pain béni pour le moteur de recherche qui peut alors associer ses données à votre agenda, à vos mails et à votre historique de recherche sur internet.
Le problème majeur est qu’il s’agit d’une video obligatoire, il vous est impossible de la passer avant 60 secondes, temps pendant lequel vos cookies sont activés. Le bandeau d’information sur l’utilisation des données et des cookies est présent, mais vous ne serez redirigés vers la page qu’une fois la video visionnée. À partir du 25 mai 2018, le nouveau règlement général sur la protection des données, le RGPD européen, obligera les sites à obtenir le consentement de l’internaute avant de collecter ses données.

Mais pourquoi avoir choisi Youtube et non pas une autre plateforme? Bercy indique que le service possède une chaîne Youtube depuis longtemps et que la plateforme est pratique car c’est celle qui rassemble le plus de public, elle supporte un grand nombre de connexions simultanées et elle se passe de publicité. Le problème serait le même avec d’autres plateformes telles que DailyMotion et la seule solution sûre serait de faire visionner la video à l’internaute via un lecteur maison ou au moins d’activer le mode confidentialité avancée de Youtube.

 

DES PROBLÈMES DE DÉRIVES

Bercy se défend pourtant en arguant que cette vdéo est d’une grande utilité pour les français qui, selon les sondages, sont une immense majorité à ne pas avoir compris le fonctionnement du prélèvement à la source, un nouveau service qui va concerner 37 millions de foyers fiscaux et plus de 3 millions d’entreprises. Comme il l’expliquent dans leur communiqué, « Il s’agit notamment d’expliquer que l’administration fiscale reste l’interlocuteur unique. »

Ce système de video obligatoire pose pourtant un problème moral puisque comme le souligne  NextImpact « Imaginez par exemple qu’un ministre juge nécessaire que l’on regarde sa dernière allocution avant de rentrer sur le site de son ministère, ou que ceux qui acceptent FranceConnect vous imposent de regarder une vidéo de présentation avant de pouvoir entrer afin de promouvoir le dispositif. »

Depuis, Bercy a rajouté un bouton d’accès direct au site ainsi qu’une croix de fermeture sur la video et a activé le mode de confidentialité avancé de Youtube. Une sage décision qui ne résout pourtant pas encore le problème de dépendance des services gouvernementaux envers les plateformes commerciales. Le gouvernement multiplie les faux pas dans ce domaine et utilise les plateformes de Google trop librement. Le Ministère des Armées, par exemple, utilise Gmail, la messagerie de Google, pour envoyer des données professionnelles.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux