AVOIR LE HOQUET

Grâce aux mouvements du diaphragme, les poumons s’alimentent en oxygène. Des contractions ou des spasmes viennent perturber ce cheminement. Tel un loquet, la glotte se referme, bloquant ainsi le passage. Se nourrir sur le pouce, à des températures trop froides et la répétition de repas excessifs irritent l’estomac. Ce voisin du diaphragme réagit en déclenchant une crise de myoclonie phrénoglottique. Rassurez-vous, celui qu’on surnomme le hoquet est de nature bénigne. Pour le soulager, de nombreuses parades circulent dans les familles. Massage, apnée, consommation des verres d’eau de manière loufoque, tourner sur soi-même suffit souvent à l’enrayer.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de