— Maridav / Shutterstock.com

Si les effets du changement climatique sont aujourd’hui bien documentés, de récentes recherches ont montré que la hausse des températures avait également un impact significatif sur les mœurs des albatros.

Un taux de divorce doublé

Plus de 90 % des espèces d’oiseaux sont monogames, et les albatros comptent parmi les plus fidèles. Toutefois, une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Lisbonne et publiée dans la revue Proceedings of the Royal Society B révèle que ces derniers ont davantage tendance à « divorcer » en raison du changement climatique.

« Chez de nombreuses espèces socialement monogames, le divorce est une stratégie utilisée pour maximiser les chances de reproduction », écrivent ses auteurs. « L’environnement affecte la productivité et la survie des populations, et donc indirectement les taux de divorce par le biais de changements démographiques. Cependant, la question de savoir si les fluctuations environnementales modulent directement la prévalence du divorce dans une population reste peu étudiée. »

En utilisant un ensemble de données longitudinales sur l’albatros à sourcils noirs (Thalassarche melanophris), vivant plusieurs décennies, l’équipe a étudié l’impact de la variabilité environnementale sur les taux de divorce de ces créatures. Il s’est avéré qu’au cours des dernières années, marquées par une hausse significative de la température des océans, jusqu’à 7,7 % des couples d’albatros s’étaient séparés, contre 3,7 % en moyenne auparavant.

— gdvcom / Shutterstock.com

Normalement, la séparation des albatros découle de l’incapacité des couples à procréer. Cependant, les nouveaux résultats montrent que ces derniers divorcent même après une saison de reproduction réussie. Ce qui pourrait être dû aux problèmes que posent les relations à distance. L’augmentation des températures océaniques obligeant les oiseaux à chasser plus longtemps et plus loin, ceux-ci sont moins susceptibles de revenir pour la prochaine saison de reproduction, et leurs partenaires peuvent partir avec un autre oiseau.

Des oiseaux se blâmant mutuellement

Le changement climatique augmente également les niveaux de stress des albatros. Avec des conditions de reproduction plus difficiles et une pénurie de nourriture, les oiseaux peuvent alors commencer à se « blâmer » mutuellement pour leurs difficultés à s’alimenter et à procréer, ce qui conduit finalement à leur séparation.

« Pour la première fois, à notre connaissance, nous documentons les effets perturbateurs du changement climatique sur les processus de reproduction d’une population monogame, potentiellement médiés par des coûts de reproduction plus élevés, des modifications dans la phénologie et un stress physiologique. Le divorce pourrait donc être une conséquence négligée du changement climatique », concluent les chercheurs.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments