Longtemps restée mystérieuse, la disparition des Vikings du Groenland quatre siècles après leur arrivée sur l’île serait due en grande partie à la pénurie de morses, traqués pour leur ivoire.

Le rôle majeur de la surexploitation des populations de morses

Présentée dans la revue Quaternary Science Review, cette nouvelle étude affirme que la surexploitation des morses, chassés pour leur ivoire, ne serait pas étrangère au départ des Vikings du Groenland au XVe siècle. Colonisée pour la première fois il y a au moins 3 000 ans par le peuple inuit de l’Arctique, l’île avait ensuite été abandonnée en raison des conditions climatiques extrêmement difficiles. Il a ensuite fallu attendre le XIe siècle pour que les Nordiques, sous l’impulsion du norvégien Erik le Rouge, ne s’y établissent : leur occupation allait durer près de 400 ans avant de cesser dans des conditions mystérieuses.

Jusqu’à récemment, la principale explication avancée par les historiens pour expliquer le départ des Vikings était que le Groenland traversait à cette époque le « Petit âge glaciaire », période climatique ayant également eu un impact sur l’ensemble de l’Europe du Nord et caractérisée par une série d’hivers particulièrement longs et rigoureux. Un refroidissement généralisé qui aurait contraint les Nordiques à quitter l’île pour s’établir sur des terres plus clémentes. Mais ces nouveaux travaux mettent en lumière le rôle majeur de « la surexploitation des populations de morses » dans ce phénomène.

— tryton2011 / Shutterstock.com

Une monnaie d’échange de plus en plus rare

L’analyse de nombreux objets médiévaux a permis aux chercheurs des universités d’Oslo, Trondheim et Cambridge d’établir que pendant longtemps, la quasi-totalité de l’ivoire commercialisé en Europe provenait de morses chassés dans des mers exclusivement accessibles depuis les colonies scandinaves du sud-ouest du Groenland. Comme l’explique James Barrett, co-auteur de l’étude : « Les Scandinaves du Groenland avaient besoin de commercer avec l’Europe pour le fer et le bois et n’avaient pratiquement que les produits issus des morses à échanger. »

Afin de maintenir la viabilité économique des colonies de l’île, les Vikings ont été contraints d’intensifier la chasse au morse au fil du temps, ce qui a contribué au déclin progressif de l’espèce : les spécimens adultes se faisaient de plus en plus rares et les chasseurs devaient se rendre dans des régions toujours plus septentrionales pour en trouver. L’arrivée massive d’ivoire d’éléphant en Europe au XIIIe siècle aurait par ailleurs contribué à déstabiliser le marché, et précipité la disparition de ces peuples nordiques.

« Lorsque la population des morses et les prix de leur ivoire ont commencé à chuter, cela à dû sérieusement compromettre la résistance des colonies », conclut le chercheur Bastiaan Star.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de