— tom177 / Shutterstock.com

En 2009, des biologistes britanniques avaient identifié une zone protégée dans le nord du Laos comme le dernier refuge des tigres sauvages du pays. Si ces derniers avaient pu observer deux spécimens lors de la pose de caméras pièges en 2013, ils n’ont plus jamais revu de tigres au cours des quatre années suivantes.

Moins de 4 000 tigres sauvages dans le monde

Présentée dans la revue Global Ecology and Conservation, cette étude confirme que les tigres sont aujourd’hui fonctionnellement éteints au Laos. « Cela représente une perte majeure pour la constellation des aires protégées restantes en Asie du Sud-Est», estime David Macdonald, conservateur de la faune sauvage à l’Université d’Oxford et auteur principal de l’étude. La disparition des tigres sauvages au Laos s’inscrit dans une tendance alarmante. Estimée à moins de 4 000 spécimens à l’échelle mondiale, leur population connait un déclin rapide dans la plupart des sites d’Asie du Sud-Est suivis par les chercheurs.

Si les auteurs de l’étude estiment que la perte d’habitat est en partie responsable de cette triste situation, qui semble également concerner les léopards communs, le facteur principal reste « le braconnage galopant » selon David Macdonald. Après avoir placé 300 caméras-pièges à l’intérieur de la zone protégée de Nam Et-Phou Louey, couvrant 6 000 km² et se composant de forêts denses et de crêtes montagneuses escarpées, les scientifiques n’ont observé que 43 espèces de mammifères et d’oiseaux en l’espace de quatre ans. Et leurs dispositifs n’ont révélé la présence d’aucun léopard et, après 2013, d’aucun tigre.

Le Laos est le troisième pays d’Asie du Sud-Est à déplorer la disparition des tigres sauvages, après le Vietnam et le Cambodge.

« Sans moyens efficaces pour lutter contre le braconnage, la faune sauvage va disparaître »

Bien que plusieurs ONGs soutiennent les efforts de lutte contre le braconnage dans les zones protégées du Laos, cela ne semble pas suffisant pour empêcher les trafiquants d’animaux et les braconniers de massacrer la faune sauvage. « Ces conclusions ne sont absolument pas surprenantes », estime Ullas Karanth, biologiste spécialiste des carnivores au Centre d’études de Bengaluru, en Inde. « Il existe de nombreuses aires et zones protégées au Laos et dans toute l’Asie du Sud-Est, mais sans moyens efficaces pour lutter contre le braconnage pratiqué à l’échelle industrielle par les populations locales, la faune sauvage va disparaître » ajoute-t-il.

David Macdonald souligne également le fait que les tigres peuvent prospérer dans des zones dominées par l’homme lorsque les politiques adéquates sont mises en place. Second pays le plus peuplé au monde, l’Inde a fait de la conservation des tigres une priorité, et accueille à l’heure actuelle près de deux tiers des tigres sauvages de la planète. Selon le scientifique, les exemples du Laos et de l’Inde constituent une leçon pour des pays comme la Thaïlande, qui compte environ 200 tigres sauvages. Si la conservation de l’habitat est essentielle, il faut éliminer la corruption et sévir contre le braconnage.

« D’une manière ou d’une autre, les choses doivent changer », conclut le chercheur britannique.

2
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Momo FLise Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Lise
Invité
Lise

On ne peut pas les laisser en paix ?
Qu’est-ce que ces « vacanciers » diraient si des animaux pénétraient dans leur maison ?

Momo F
Invité
Momo F

L’homme est une sale race égoïste, qui détruit tout. Qu’un jour, Dieu, punisse l’homme pour ne laisser sur terre que les animaux, bien plus sensibles que nous et qui, eux, ne tuent pas par plaisir mais tout simplement pour vivre.