— Andy Konieczny / Shutterstock.com

Quelques jours seulement après la découverte d’un improbable monolithe métallique dans une partie reculée du désert de l’Utah, aux États-Unis, les autorités locales ont annoncé que celui-ci avait disparu.

Un objet brillant de 3 mètres de haut

La semaine dernière, le Département de la sécurité publique de l’Utah (DPS) annonçait la découverte d’un étrange objet brillant d’environ 3 mètres de haut, dont l’origine demeurait inconnue. Reprise par des quotidiens du monde entier, l’annonce ne manquait pas de susciter de nombreuses questions. Depuis combien de temps était-il là ? Qui l’y avait placé ? Pourquoi ? Comment ? Des extraterrestres étaient-ils impliqués ?

Localisée dans une partie sauvage et reculée du désert de l’Utah, la structure mystérieuse avait été repérée lors d’un comptage aérien de mouflons, réalisé en hélicoptère. Afin d’éviter que des curieux ne visitent le site, les autorités locales avaient tenu l’emplacement exact de la structure secret. Ce qui n’avait pas empêché un certain David Surber de se rendre sur les lieux, et de publier des photos et vidéos du monolithe sur son compte Instagram.

Se posait également la question de la présence du monolithe sur des terres publiques. « Le Bureau de l’aménagement du territoire souhaite rappeler aux visiteurs que l’utilisation, l’occupation ou le développement des terres publiques ou de leurs ressources sans l’autorisation requise est illégal, quelle que soit la planète dont vous venez », avait notamment précisé le DPS dans un communiqué.

Disparu aussi mystérieusement qu’il était apparu

En raison de l’engouement généré, les autorités craignaient également que les visiteurs n’endommagent les artefacts amérindiens et les sites archéologiques situés à proximité en tentant de rallier l’endroit où l’objet métallique avait été installé. Ces dernières rappelant notamment que « bien que le monolithe soit plus esthétique que les graffitis », il s’agissait « d’une forme de vandalisme intolérable ayant altéré de façon irréversible l’environnement naturel de ces terres publiques ».

Quelques jours plus tard, le monolithe disparaissait aussi mystérieusement qu’il était apparu. « C’est fini », annonçait le BLM, tout en prenant le soin de préciser que ce n’était pas son œuvre, étant donné qu’il considérait la structure comme une propriété privée. En dépit du fait que celle-ci soit ancrée dans le substrat rocheux.

Désormais, seuls quelques rochers indiquent l’emplacement où se trouvait l’objet, qui continuera sans aucun doute à alimenter les théories les plus farfelues.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de