— vladsilver / Shutterstock.com

Le manchot empereur pourrait bien devenir une nouvelle victime du changement climatique et de la fonte des glaces. Une étude récente de la Woods Hole Oceanographic Institution montre que le réchauffement climatique pourrait bien entraîner l’extinction quasi-totale de ces animaux, et ce, dès le siècle prochain.

UN HABITAT NATUREL DANGEREUSEMENT MENACÉ

La préservation de cette espèce est intimement liée à la fonte des glaces. Cependant, si le changement climatique continue, le manchot empereur se retrouvera privé de son habitat naturel. Et de ce fait, ils ne pourront plus se reproduire, élever leur progéniture, trouver des sources de nourriture, etc.

« Si le climat mondial se réchauffe au rythme actuel, nous prévoyons un déclin de 86 % des manchots empereurs en Antarctique d’ici à 2100 », déclare Stéphanie Jenouvrier, scientifique de la Woods Hole Oceanographic Institution ayant participé à l’étude.

Une étude basée sur plusieurs scénarios

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en combinant deux modèles climatiques selon trois scénarios différents. Le premier modèle, créé par le Centre national de recherche de l’atmosphère, montrait l’endroit et le moment où la glace pourrait se former. Le second, basé sur la population de manchots, calculait les réactions éventuelles des colonies face au changement de leur habitat.

Puis, trois scénarios possibles ont été étudiés : la température mondiale n’augmente que de 1.5 °C (objectif fixé par l’accord de Paris sur le climat), la température augmente de 2 °C, et la température augmente de 5 à 6 °C (si aucune mesure n’est prise ou respectée).

L’étude a révélé que le premier scénario n’entraînerait qu’une chute de 19 % de la population des manchots empereurs. En somme, si tous les pays respectent l’accord de Paris, les manchots empereurs auront une chance de survivre.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de