Ulughbegsaurus uzbekistanensis partageait son terrain de jeu avec de plus petits tyrannosauroïdés — © Julius T. Csotonyi / University of Tsukuba

Le réexamen d’un fragment de mâchoire conservé pendant des décennies dans un musée ouzbèke a conduit à l’identification d’une nouvelle espèce de dinosaure, qui aurait régné sur l’Asie centrale il y a 90 millions d’années.

Une créature massive

Dans l’imaginaire collectif, le prédateur emblématique de l’ère des dinosaures est le puissant Tyrannosaurus rex. Mais avant que sa lignée ne puisse se hisser au sommet de la chaîne alimentaire, un autre groupe rival, les carcharodontosaures, dominait le paysage. Baptisée Ulughbegsaurus uzbekistanensis en référence à un sultan mathématicien ouzbèke du XVe siècle, la créature récemment décrite était absolument massive : elle mesurait 8 mètres de long pour un poids d’environ une tonne.

« Les carcharodontosauridés étaient un groupe de dinosaures de taille moyenne à grande, répartis dans le monde entier au cours du Crétacé. Ces théropodes étaient probablement les superprédateurs de l’Asie au début du Crétacé tardif, avant l’ascension des tyrannosauridés, bien que l’on connaisse peu d’espèces laurasiatiques de cette époque en raison de la pauvreté des archives rocheuses », écrivent les auteurs de la nouvelle étude, parue dans la revue Royal Society Open Science.

Le règne du T. rex a commencé bien plus tard, à la fin du Crétacé, il y a environ 65 millions d’années, mais U. uzbekistanensis a probablement partagé son terrain de jeu avec d’autres tyrannosauridés, ne boxant cependant pas dans la même catégorie. À titre de comparaison, le Timurlengia, tyrannosaure d’Asie centrale qui vivait à peu près à la même époque que l’U. uzbekistanensis, pesait à peine 170 kg et ne dépassait pas les 4 mètres de long.

Maxillaire gauche de Ulughbegsaurus uzbekistanensis — © Tanaka et al. / Royal Society Open Science 2021

Des dents semblables à celles d’un requin

S’il existe de nombreuses similitudes entre les tyrannosaures et les carcharodontosaures, l’un des principaux traits distinguant ces derniers se résume à leurs dents dentelées, semblables à celles d’un requin. Celles-ci étaient clairement apparentes dans le fragment de mâchoire supérieure découvert dans une formation géologique vieille de 90 millions d’années du désert du Kyzylkoum, où des fossiles de dinosaures à bec de canard, à cornes ainsi que de sauropodes avaient été précédemment mis au jour.

Les scientifiques avaient déjà trouvé d’autres exemples de fossiles concomitants de tyrannosaures et de carcharodontosaures, mais U. uzbekistanensis représente la plus ancienne occurrence de ce type, qui pourrait les aider à déterminer quand et dans quelles conditions les carcharodontosaures ont été contraints de laisser leur trône de superprédateur. Selon les auteurs de l’étude, le changement climatique sévère a sans doute modifié la disponibilité des proies, ce qui pourrait expliquer l’ascension des tyrannosaures, et de leur plus redoutable représentant : le T. rex.

« La découverte d’Ulughbegsaurus est la dernière cooccurrence stratigraphique de dinosaures carcharodontosauridés et tyrannosauroïdes en Laurasie », soulignent les chercheurs. « Les preuves indiquent que les carcharodontosauridés sont restés les prédateurs dominants en Asie, jusqu’au Turonien », concluent les scientifiques.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de