Mbiresaurus raathi
Représentation artistique de Mbiresaurus raathi — © Virginia Tech

Une équipe internationale de paléontologues dirigée par Virginia Tech a récemment découvert une nouvelle espèce de dinosaure, se trouvant être le plus ancien jamais trouvé sur le continent africain.

Mbiresaurus raathi

Décrit dans la revue Nature, le fossile presque intact de Mbiresaurus raathi avait été mis au jour dans le nord du Zimbabwe au cours de deux opérations distinctes de fouille, en 2017 et 2019. Selon l’équipe, la découverte de ce sauropodomorphe (dinosaure à long cou), mesurant 1,80 m de long pour un poids compris entre 9 et 30 kilos, comble une lacune géographique critique dans le registre fossile.

« Il s’agit du plus vieux dinosaure connu d’Afrique, dont l’âge est à peu près équivalent à celui des plus anciens découverts à travers le monde, soit environ 230 millions d’années », explique Christopher Griffin, auteur principal de l’étude. « Les dinosaures du Carnien [période triassique tardive] sont extrêmement rares et n’ont été retrouvés que dans quelques endroits dans le monde, principalement dans le nord de l’Argentine, le sud du Brésil et l’Inde. »

« Les dinosaures primitifs comme M. raathi montrent que les débuts évolutifs de ces créatures et leur essor sont nettement plus complexes qu’on ne le pensait », souligne Sterling Nesbitt, co-auteur de l’étude.

Image d’illustration — Mariana 001 / Shutterstock.com

La découverte de M. raathi et d’un assortiment de fossiles datant du Carnien jette un nouvel éclairage sur la migration des dinosaures. Comme tous les continents, l’Afrique faisait autrefois partie du supercontinent appelé Pangée, caractérisé par un climat divisé en ceintures latitudinales fortement humides et arides, avec des bandes plus tempérées couvrant les latitudes plus élevées et de vastes déserts s’étendant jusqu’aux tropiques inférieurs.

Des barrières climatiques

« Puisque les dinosaures se sont initialement répartis selon ce schéma climatique, leur dispersion précoce devrait donc avoir été contrôlée par la latitude », explique Griffin. « Les plus anciens sont connus à peu près aux mêmes latitudes anciennes le long de la ceinture climatique tempérée méridionale qui était à l’époque, à environ 50 degrés sud. »

Le Zimbabwe, où M. raathi a été découvert, se situe le long de cette ceinture climatique, comblant un fossé géographique entre le sud du Brésil et l’Inde à l’époque du Trias tardif. Au départ, ces dinosaures étaient limités par les ceintures climatiques au sud de la Pangée, et ce n’est que plus tard dans l’histoire qu’ils se sont dispersés dans le monde entier, lors d’une période d’intense humidité mondiale connue sous le nom d’événement pluvial carnien.

Après ces migrations, ces barrières climatiques sont réapparues, « bloquant » les reptiles préhistoriques dans des provinces distinctes de la Pangée pour le reste de la période triasique. Pour l’équipe, les prochaines étapes consisteront à clarifier les modèles de comportement et de migration de M. raathi, ainsi que le rôle qu’il a joué parmi les premiers dinosaures.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments