La technologie joue un rôle important dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Aux dernières nouvelles, une équipe de chercheurs de Lille, qui travaillent pour l’Institut d’électronique, de microélectronique et de nanotechnologie (IEMN), a mis au point un système pour détecter le virus avec un smartphone.

Un test rapide et fiable

Bien que les tests antigéniques soient moins fiables, ils ont l’avantage d’être plus rapides. A contrario, les tests PCR sont plus fiables mais prennent plus de temps. Pour le développement de leur système de détection rapide du virus baptisé « CorDial », les chercheurs de Lille ont combiné les qualités de ces deux types de tests.

Comment ça marche ? Il faut tout d’abord brancher un lecteur semblable à une clé USB au smartphone. Après avoir placé une bandelette contenant un prélèvement nasopharyngé, le résultat apparaît au bout de quelques minutes sur l’écran de l’appareil mobile. « Vous branchez une petite bandelette de détection avec une gouttelette d’échantillon. Au bout de dix minutes, vous saurez si vous êtes négatif ou positif », a expliqué Sabine Szunerits, professeur à l’université de Lille.

Le test doit être effectué par un professionnel

Le professeur Sabine Szunerits a néanmoins souligné que le test devait être effectué par un spécialiste. David Devos, neurologue et professeur de pharmacologie à l’université de Lille, a expliqué que leur but était de rendre cette technologie disponible aux urgences au Samu au cours des prochaines semaines afin de diagnostiquer les cas qui surviennent. A long terme, leur but serait ensuite de la mettre à disposition des médecins généralistes, des pharmaciens et des maisons de retraite.

Les chercheurs ont mené une étude sur 300 personnes afin de déterminer l’efficacité du test. Selon David Devos, il était important de tester la solution pour déterminer si elle est efficace sur de vrais échantillons humains. « Très vite, on a pu le valider sur 300 prélèvements avec un taux de concordance avec la PCR de 90 %. Sauf que le PCR donne le résultat en plusieurs heures alors qu’avec ce test on a la réponse en 10 minutes », a-t-il ajouté.

Les chercheurs continuent de développer le CorDial pour que celui-ci puisse détecter la présence du Covid-19 à partir d’échantillons de salive. Dans une seconde étude qui aura lieu dans les prochains mois, ils vont effectuer les tests sur 1 000 personnes.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de