© Pexels

L’identité d’un robot

L’expression et l’identité de sa sexualité, ou de son orientation représentent des éléments clefs dans la liberté individuelle en 2019. Mais dans le futur, l’entité même du robot trouvera peut être sa place. Comme nous l’avons vu dans l’exemple précédent, ce Japonais estimait communiquer bien plus en profondeur avec sa machine plutôt qu’avec les humains.

À coup sûr, l’avenir nous réserve d’intenses débats animés qui prendront place pour faire état, officiellement, de la position de cette digisexualité et la relation homme-robot. Devrait-on reconnaitre le droit de tomber amoureux d’une machine comme légal ? Des personnes comme Akihiko Kondo se sentent discriminées de par le fait que les gens, en 2019, ne reconnaissent pas son droit au mariage.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de