Incroyable : une nouvelle espèce de baleine a été découverte !

Les baleines à bec sont une espèce méconnue de baleine, et pour cause, elles ressemblent plus à d’énormes dauphins qu’à des cachalots. Cela dit, avec cette découverte, elles viennent enrichir l’ordre des cétacés. SooCurious vous démontre que la nature n’a pas fini de nous surprendre !

La raison de leur mystère réside dans le fait que ces mammifères sont très discrets et vivent généralement à l’écart des côtes, en profondeur. Ils montent à la surface peu fréquemment, pour respirer.

Une bérardie d'Arnoux
Une bérardie d’Arnoux

Ce sont probablement les cétacés les plus primitifs avec les dauphins d’eau douce. Jusqu’à maintenant, seules deux espèces du genre Berardius étaient connues : la bérardie d’Arnoux et la bérardie de Baird.

Récemment, une équipe de scientifiques a annoncé la découverte d’une nouvelle espèce de baleine à bec, dans le Nord du Pacifique. La toute fraîche trouvaille d’un animal si imposant paraît improbable, c’est pourquoi elle est considérable. D’après Paul Wade, biologiste et co-auteur de l’étude, « la découverte de nouvelles espèces de mammifères aussi grands est exceptionnellement rare. […] C’est tout à fait remarquable. »

La bérardie de Baird
La bérardie de Baird

Les chercheurs ont étudié 178 spécimens de baleines à bec, ils en ont trouvé 8 correspondant à la nouvelle espèce. Ces derniers sont apparus dans des lieux surprenants, comme le squelette de celui déniché dans un lycée d’Alaska ou celui échoué sur le rivage de l’île St George, dans la mer de Béring.

Pour l’instant, les chercheurs ont peu de connaissances sur cette nouvelle espèce, leur nombre et leur habitat sont inconnus. Ce n’est que le début de l’enquête !

Comme ses cousins, bien qu’ils ne soient pas jugés en voie de disparition, sa rareté la rend difficile à étudier. De plus, il est important de lui trouver un nom. Si vous êtes fasciné par les cétacés, découvrez comment en période deuil, ils souffrent comme les humains.


Un homme n’est vieux que quand les regrets ont pris chez lui la place des rêves.

— John Barrymore