Dans un rapport publié par l’Anses, l’organisme tire la sonnette d’alarme : les produits de décoloration des cheveux contiennent des substances dangereuses pour la santé, très nocives pour les professionnels et les consommateurs.

Des produits qui présentent une substance toxique

Après s’être penchée sur la question des colorations capillaires, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail, fait part de son constat alarmant dans un rapport publié ce mercredi.

L’Anses est formelle : les produits capillaires peuvent présenter des risques graves pour la santé. Après des travaux menés minutieusement, elle recommande de “réduire au maximum” et “dans les meilleurs délais” les substances persulfates qu’on peut retrouver dans les produits capillaires et plus précisément dans les produits de décoloration. Les risques peuvent être graves : elles peuvent provoquer des réactions allergiques au niveau respiratoire et cutané. L’agence explique également qu’elles représentent ainsi la deuxième cause des asthmes professionnels liés à l’exposition aux produits chimiques, après les ammoniums quaternaires, qu’on retrouve notamment dans les désinfectants ou les shampoings.

Un danger pour les professionnels de la coiffure

Les persulfates d’ammonium, de potassium et de sodium sont utilisés pour leurs propriétés oxydantes. En effet, grâce à leurs propriétés ils sont utilisés pour décolorer les cheveux et pour que la nouvelle couleur puisse prendre.

« La très grande majorité des cas de réactions allergiques en lien avec ces substances sont observées dans le secteur de la coiffure », explique l’Anses. « L’exposition des professionnels se produit surtout lors de la préparation, de l’application et du rinçage des produits, par voie respiratoire et cutanée. Les consommateurs peuvent également être exposés lors de l’utilisation des produits de décoloration à utiliser chez soi et en tant que clients des salons de coiffure. »

Elles présentent donc un risque pour les professionnels, mais également pour vous consommateurs, si vous utilisez des produits décolorants chez vous. Entre 2001 et 2005, ce sont donc plus de 1000 cas de pathologies professionnelles liées à cette substance qui ont été recensés par l’agence. Les pathologies concernent, entre autres, l’asthme, les dermatites allergiques, les rhinites, l’urticaire, les chocs anaphylactiques ainsi que d’autres maladies respiratoires.

L’agence donne l’alerte

D’autres agences sanitaires, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse, en Autriche et au Danemark, confirment également ce constat alarmant, toujours selon l’Anses.

L’agence recommande donc fortement aux fabricants de ces produits capillaires concernés de “restreindre dans les meilleurs délais l’usage des persulfates », pour protéger un maximum la santé des travailleurs et des consommateurs exposés. Tous les produits de décoloration capillaire sont concernés : que ce soit les produits sous forme de poudre à mélanger dans un liquide, de granules, de crème ou encore de liquide prêt à l’emploi.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de