— © Sony Entertainement – Death Stranding

Tandis que le suspense est à son comble pour la sortie du très attendu Death Stranding, son concepteur Hideo Kojima ne manque pas de se faire entendre afin de parler du projet. L’occasion pour lui de présenter son concept mais également de parler de ses sources d’inspiration. Et surprise, il semblerait que la politique l’ait profondément inspiré.

Côté scénario, le jeu prend place au sein d’un monde post-apocalyptique dans lequel le héros, Sam Porter Bridges, voyage pour livrer vivres et appareils aux rares humains survivants terrés dans des abris, et joue le rôle d’un véritable pont chargé d’unifier la nation déchue. Même si la trame narrative plonge notre héros dans une solitude extrême, le jeu est équipé d’un mode « online », véritable expérience collaborative à laquelle les joueurs doivent prendre part afin de reconstruire des chemins empruntables comme la construction de ponts ou de routes. Une expérience qui pousse à créer du lien, en mettant à disposition du joueur des casiers partagés, ou en lui permettant de ramasser les objets perdus par d’autres joueurs.

Le lien social est en effet au coeur même du jeu vidéo, à la fois présent mais invisible, et c’est sur ce sujet que s’est confié son concepteur au micro de BBC Radio 1 Newsbeat. Revenant sur sa propre expérience avec la solitude au cours du processus de création du jeu, il a notamment expliqué que « même si les joueurs sont tout à fait à même de s’amuser socialement, lorsqu’ils jouent à des jeux vidéo, ils ne se sentent intégrés ni à la société, ni à leur communauté. Le but était de créer un univers leur rappelant que des gens comme eux existent partout dans le monde. »

À la fois producteur, scénariste et designer du jeu, Hideo Kojima a expliqué vouloir créer un jeu moderne, comme une réponse à la fois artistique et politique aux problèmes de notre société actuelle. « Nous sommes peut-être tous connectés à Internet, mais cette extrême connexion pousse finalement les individus à s’attaquer entre eux. » Une instabilité qui se ressent selon lui dans les différentes politiques qui régissent nos sociétés modernes : « Le président Trump souhaite construire un mur, mais il y a également le Brexit, avec le Royaume-Uni qui tente de se détacher de l’Europe. Il y a donc beaucoup de divisions, et la tendance est à l’individualisme. »

Nul doute que cette expérience, à contre-courant des tendances mondiales, devrait faire écho à la situation personnelle de nombreux joueurs, qu’ils soient débutants ou confirmés. Si le jeu, déjà disponible à la pré-commande, sera disponible sur PlayStation 4 à partir du 8 novembre, il faudra attendre l’été 2020 pour le voir débarquer sur PC.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de