— © Sony Entertainement – Death Stranding

Depuis la sortie du très attendu Death Stranding, réalisé par l’auteur, designer, producteur et scénariste Hideo Kojima, le 8 novembre dernier, les joueurs n’ont cessé de se diviser sur le résultat mitigé de la sortie vidéoludique la plus importante de cette fin d’année. Tantôt acclamé par la critique et les fans, tantôt réprouvé pour sa complexité, le jeu d’action a beaucoup fait parler de lui. Mais que les détracteurs se rassurent : si une suite est effectivement envisagée, elle devrait être radicalement différente de ce premier volet. C’est du moins ce qu’a confié Hideo Kojima au magazine Vulture.

Un deuxième Death Stranding radicalement différent ? Voilà qui devrait combler certains joueurs et en décevoir bien d’autres. Dans tous les cas, si un deuxième opus est très sérieusement envisagé par Hideo Kojima, ce dernier n’a pas prévu de réaliser une suite scénaristique au premier projet. Dans Vulture, Hideo Kojima a en effet confié que si certains éléments pourraient possiblement se faire écho dans les deux volets (un univers partagé relié par des points communs ou une récurrence du personnage principal sous une forme différente par exemple), le scénario du futur Death Stranding devrait lui imposer « de tout reprendre à zéro ».

Le thème du lien social entre les peuples et les sociétés devrait cependant rester central dans ce deuxième opus. Comme le concepteur l’a précisé par le passé, la solitude fait partie intégrante de nos sociétés individualistes. Conçue comme une réponse sociale et politique au Brexit et à l’élection de Trump, l’oeuvre se veut vectrice de lien social, en incluant des éléments relatifs au passage d’autres joueurs dans le jeu, donnant ainsi naissance au système de « Social Strand » propre au jeu.

Bourré de métaphores et de symboles, Death Stranding contient également quelques éléments autobiographiques, ou qui font directement référence au passé de Hideo Kojima. L’aspect effrayant de l’imagerie liée à l’océan au sein du jeu (pieuvres géantes, mer de goudron…) est en réalité le miroir des phobies de son créateur, qui garde un souvenir marquant du fait d’avoir été poussé dans l’eau lorsqu’il était enfant. Quant à la présence de fantômes dans Death Stranding, elle s’explique par le décès de la mère d’Hideo Kojima durant la conception du jeu. « Je voulais introduire ce genre de métaphore, et le fait que même dans notre solitude, nous pouvons toujours avoir une connexion avec les défunts », a-t-il notamment souligné.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de