Découverte fascinante : les dauphins possèdent tous leur propre signature vocale pour communiquer

Et si la formation d’alliances avec des concurrents potentiels n’était pas unique aux humains ? Dans une étude publiée dans Current Biology, des chercheurs décrivent comment un tel comportement est également trouvé chez les grands dauphins. Les chercheurs ont constaté que les dauphins mâles individuels conservent leur sifflet signature unique, ce qui leur permet de reconnaître de nombreux amis et rivaux différents dans leur réseau social, ce qui n’est actuellement pas connu d’un autre animal non humain.

Chaque dauphin possède sa propre signature vocale

Dans la baie Shark, en Australie-Occidentale, les chercheurs ont observé des paires et des trios de dauphins mâles non apparentés qui travaillaient ensemble dans des alliances pour rassembler des femelles célibataires afin de s’accoupler. Dans la même zone, ils ont vu des alliances travailler ensemble pour voler les femelles des alliances adverses, et pour se défendre contre de telles tentatives de vol. Les mâles coopèrent donc avec des individus avec lesquels ils sont en compétition reproductive directe. Et les liens entre ces équipes de rivaux sont forts : ces amitiés et alliances peuvent durer des vies entières.  Mais comment ces mâles peuvent-ils garder une trace de toutes ces différentes relations, et comment entretiennent-ils de tels liens sociaux ? La réponse peut être plus proche de chez vous que vous ne le pensez.

Des recherches antérieures ont montré que les grands dauphins développent une étiquette vocale individuelle connue pour être des sifflets de signature, qu’ils utilisent pour diffuser leur identité. Ces dauphins ne sont pas nés avec leur propre sifflet. Au contraire, chaque dauphin développe un sifflet de signature dans les premiers mois de la vie qui est structurellement unique par rapport à ceux de ses compagnons. Il a été démontré que ces sifflets de signature sont quelque peu comparables aux noms humains. Les dauphins les utilisent pour se présenter ou même copier les autres comme un moyen de s’adresser à des individus spécifiques.

Pendant des décennies, on pensait que les dauphins mâles convergeraient vers un sifflet de signature commun lorsqu’ils formeraient des alliances les uns avec les autres. On pouvait penser qu’une telle signature de l’alliance permettrait aux mâles de faire de la publicité pour leur alliance à d’autres mâles en compétition ou à des femmes sexuellement réceptives. Un type d’insigne vocal ou d’étiquette de groupe. Mais en réalité, les chercheurs ont découvert que les dauphins mâles de Shark Bay conservent des étiquettes vocales distinctes de leurs alliés.

Une particularité qui a été observée chez aucune autre espèce que l’homme

C’est une découverte inattendue, car il est bien connu que les animaux qui forment des liens sociaux forts vont s’accommoder vocalement les uns des autres, rendant leurs appels plus similaires. Ce faisant, les animaux font non seulement la publicité de la force de leurs relations, mais aussi de leur appartenance à un groupe. Une telle convergence vocale est trouvée chez de nombreux animaux, y compris les perroquets, les oiseaux chanteurs, les chauves-souris, les éléphants et les primates. Pourtant, selon cette étude, il semble que dans le réseau complexe d’alliances de dauphins à Shark Bay, conserver des « noms » individuels est plus important que de partager des appels. Il permet aux dauphins de reconnaître plusieurs amis et rivaux dans leur réseau social. Même au sein de ces alliances de dauphins, les mâles peuvent montrer des préférences et des évitements pour ceux avec qui ils coopèrent.

Les chercheurs ont également montré que les grands dauphins se souviennent des sifflements de signature d’autres individus même après 20 ans de séparation. Cette mémoire sociale à long terme, combinée à l’utilisation de labels vocaux individuels, permet aux dauphins de suivre de nombreuses relations différentes, ainsi que l’histoire de ces relations. Les chercheurs suggèrent donc que les étiquettes vocales jouent un rôle central dans la reconnaissance des partenaires coopératifs et des concurrents sur les marchés biologiques.

Le synchronisme des mouvements et des câlins en guise de liens sociaux

Si les dauphins mâles alliés ne convergent pas vers des appels similaires, alors comment renforcent-ils leurs liens forts ? Et bien, les mâles de Shark Bay investissent beaucoup de temps dans des comportements de contact doux, comme les caresses. Cela peut être similaire au comportement de toilettage chez les primates, qui est lié à la libération d’ocytocine. L’ocytocine est une hormone connue pour faciliter le lien social entre les humains et les animaux non humains, tout en favorisant la confiance et la coopération.

Les alliances de dauphins à Shark Bay sont également caractérisées par des niveaux élevés de comportements synchrones. Les mâles dans les alliances peuvent effectuer les mêmes comportements exactement au même moment, apparaissant en synchronisme précis ou effectuant des affichages coordonnés. Il semble donc que la synchronie, plutôt que les appels partagés, est ce qui représente l’unité de l’alliance. Dans les sociétés humaines, le comportement synchrone, comme la danse chorégraphiée, la marche militaire ou les défilés, est utilisé pour signaler la qualité des relations. L’étude conclut donc que les alliances de dauphins de Shark Bay semblent partager certains traits avec les sociétés humaines.

 


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux