© Tamil Nadu Department of Archaeology

Des archéologues ont effectué une fouille dans le village de Konthagai, qui se trouve dans le sud de l’Inde. Cette fouille fait partie d’un effort d’excavation majeure menée dans l’État du Tamil Nadu afin de trouver plus d’informations sur l’ancienne et mystérieuse civilisation Keeladi.

Une arme utilisée par d’anciens guerriers

Au cours de leur recherche, les archéologues ont trouvé un poignard en fer rouillé conservé dans une urne funéraire à côté de restes squelettiques. La lame en acier faisait 40 centimètres de longueur, mais elle était rouillée et cassée en deux. Néanmoins, une partie de son manche en bois est restée intacte.

D’après le directeur du département d’archéologie du Tamil Nadu, R. Sivanandam, ce type d’arme était utilisé par les guerriers durant la période Sangam. Cette période s’étend du troisième siècle avant notre ère jusqu’au troisième siècle de notre ère. Grâce à la préservation du bois, les chercheurs peuvent tenter de dater avec précision l’âge des artefacts trouvés sur le site. D’ailleurs, c’est un laboratoire aux États-Unis qui s’attèlera à cette tâche.

Il faut savoir que depuis le début de la saison des fouilles, en février dernier, les archéologues de Konthagai ont trouvé 25 urnes funéraires. Certaines contenaient des os, d’autres des armes et autres objets. Des scientifiques de l’université Madurai Kamaraj, au Tamil Nadu, vont effectuer des tests ADN sur les restes humains, rapporte Smithsonian Magazine.

Cette mystérieuse civilisation était développée et autonome

Par ailleurs, les chercheurs ont déclaré au Times que Konthagai aurait pu être un lieu de sépulture pour la civilisation Keeladi. Le département d’archéologie du Tamil Nadu a déclaré que la datation au carbone des artefacts découverts les situait en l’an 580 avant J.-C.

Ces artefacts ont révélé que les membres de cette civilisation jouaient à des jeux de société. De plus, Sivanandam a déclaré que les découvertes sur les sites de Keeladi montrent des preuves d’existence d’anciens sites de production industrielle. Les archéologues ont effectivement trouvé des outils pour filer et tisser ainsi que des objets servant à teindre les tissus en plus de fours à briques et des ateliers de céramique.

Le secrétaire du département archéologique de l’État, T. Udayachandran, a déclaré que ces découvertes attestent de l’existence d’« une culture urbaine autochtone, bien développée et autonome, avec une industrie et une histoire indiquant que les gens de cette époque étaient très alphabétisés ».

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de