— Explode / Shutterstock.com

Le SARS-CoV-2 affecte principalement les poumons et se révèle particulièrement dangereux pour les personnes plus âgées, mais de nouvelles recherches suggèrent qu’il impacte également durablement le système cardiovasculaire des sujets plus jeunes ne présentant initialement que de légers symptômes.

Une rigidité artérielle marquée

Dans le cadre de travaux récemment présentés dans la revue Experimental Physiology, des chercheurs américains ont comparé la santé vasculaire de 30 jeunes adultes, dont la moitié avait été testée positive au Covid-19 environ un mois auparavant (sans hospitalisation), tandis que l’autre était en bonne santé. En analysant les enregistrements par ultrasons de leurs artères, l’équipe a constaté une différence significative entre les deux groupes.

Il s’est avéré que les artères des personnes ayant contracté le coronavirus trois ou quatre semaines plus tôt étaient significativement plus rigides que celles du groupe témoin. L’artère carotide (transportant le sang vers le cerveau) présentait une capacité de dilatation et une élasticité respectivement 27 % et 22 % plus faibles, et l’artère aortique (qui transporte le sang depuis le cœur) était également affectée.

Bien que la taille de l’échantillon reste réduite, ces nouvelles observations renforcent l’idée que le Covid-19 n’est pas une maladie à prendre à la légère, et qu’il peut avoir un impact durable sur la santé de sujets jeunes et en bonne santé.

— Theera Disayarat / Shutterstock.com

Les modifications de la rigidité et de la structure des artères augmentent le risque d’affections cardiovasculaires, telles que les lésions myocardiques, les arythmies, le syndrome coronarien aigu ou les caillots sanguins, ce qui se révèle particulièrement préoccupant pour les jeunes qui présentent également d’autres problèmes de santé sous-jacents mettant leur système vasculaire en danger, comme le diabète ou l’hypertension.

Des cas « Covid long » qui inquiètent

Pour les chercheurs, la prochaine étape consistera à déterminer les catégories de population les plus à risque ainsi que la durée pendant laquelle cette rigidité artérielle persiste, mais ces nouveaux résultats font largement écho à d’autres études à long terme ayant mis en évidence des changements vasculaires pouvant persister plusieurs mois et n’étant pas associés à la gravité des symptômes observés lors de l’infection initiale.

On considère en effet qu’une part significative des personnes souffrant de symptômes durables du Covid-19, connus sous le nom de cas « Covid long », souffraient au départ d’une forme légère de la maladie. Au cours des semaines ou mois suivant le diagnostic initial, beaucoup ont fait état des difficultés respiratoires ou d’une pression sanguine irrégulière, suggérant des dommages à long terme au cœur et aux poumons.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
First Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Michel First
Membre
Michel First

Et pas que les jeunes…