— Myriam B / Shutterstock.com

L’impact de la crise sanitaire liée au coronavirus sur l’économie mondiale a entrainé une baisse significative des salaires, qui devrait s’intensifier à courte échéance, selon l’Organisation internationale du travail (OIT).

« Une énorme pression à la baisse sur les salaires dans un avenir proche »

Publié ce mercredi, le dernier rapport de l’OIT met en évidence une baisse ou une augmentation plus lente des salaires entre janvier et juin 2020 dans deux tiers des pays pour lesquels des données officielles étaient disponibles. Ayant touché les femmes et les travailleurs faiblement rémunérés de « façon disproportionnée », cette tendance devrait encore s’accentuer dans les mois qui viennent.

« Les conséquences de la crise du Covid-19 sur l’économie et sur l’emploi devraient entraîner une énorme pression à la baisse sur les salaires dans un avenir proche », a estimé Guy Rider, directeur général de l’organisation. « Bien que les salaires moyens semblent augmenter dans un tiers des pays étudiés, cela est en grande partie dû au fait qu’un nombre important de travailleurs pauvres aient perdu leur emploi, et ont donc faussé la moyenne », précise le document.

Se basant sur 28 pays européens, le rapport a constaté, sans tenir compte des subventions accordées par l’État, que les salaires avaient en moyenne baissé de 6,5 % au cours des six premiers mois de l’année (8,1 % pour les femmes et 5,4 % pour les hommes). Selon l’OIT, cet écart est « surtout la conséquence de la réduction des heures travaillées », qui a davantage impacté les professions peu qualifiées, avec une baisse de salaire moyenne de 17,3 % pour la moitié des travailleurs les moins bien rémunérés.

L’ONU a récemment estimé que la pandémie de Covid-19 avait plongé des millions de personnes dans l’extrême pauvreté ― Boyloso / Shutterstock.com

Mettre en place une stratégie de relance « centrée sur l’humain »

« L’accroissement des inégalités créé par la crise du Covid-19 risque d’entraîner une vague de pauvreté et d’instabilité sociale et économique qui serait dévastatrice », a souligné Ryder, appelant à une stratégie de relance « centrée sur l’humain », et la mise en place de politiques salariales « adéquates ». « Si nous voulons construire un avenir meilleur, nous devons également nous pencher sur certaines questions gênantes, à savoir pourquoi les emplois à forte valeur sociale, comme les soins et l’enseignement, sont très souvent liés à des salaires bas. »

D’après le rapport, « il est indispensable que les politiques salariales tiennent compte de la durabilité des emplois et des entreprises, et s’attaquent également aux inégalités et à la nécessité de soutenir la demande ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de