« Je suis dyslexique » est un film d’animation inspiré d’une histoire vraie. Celle de ses réalisateurs, Mads Johan Øgaard et Katie Wyman, atteints de dyslexie. Ainsi, ce court-métrage bouleversant raconte l’histoire d’un enfant. Comme 5 à 10 % de la population, ce petit garçon souffre d’un trouble d’apprentissage. A l’école, il doit constamment lutter…

Il est seul face aux moqueries des autres. Mais aussi désemparé face aux lettres, aux mots, qu’il ne comprend pas. Alors, ces difficultés deviennent pour lui une montagne à gravir. Il entreprend donc son ascension, celle d’un système éducatif inadapté, sur une musique déchirante : « Je ne suis pas stupide ». L’espoir des réalisateurs : qu’aucun dyslexique ne se sente plus jamais isolé et incompris.

Nous sommes tous les deux dyslexiques et avons tous deux fait l’expérience des différents moyens, bons comme mauvais, par lesquels le système scolaire tente de gérer les élèves dyslexiques. Nous avons réalisé ce film dans l’espoir de donner aux individus qui ont des difficultés d’apprentissage quelque chose auquel ils puissent s’identifier.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Moi Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Moi
Invité
Moi

Ma fille de 9 ans est dyslexique et dysorthographique ,je la reconnais dans votre film C est tout a fais ça, lutter chaque jour a l école contre des enfants qui lui disent de retourner au cp vu qu elle ne sait pas bien lire et écrire Une lutte épuisante… Lire la suite »