Le confinement est une épreuve pour beaucoup. Pour les couples, il peut s’avérer désastreux : 4 % des personnes sondées envisagent de rompre quand tout ceci sera terminé.

Le confinement, un véritable calvaire pour de nombreux couples

Quand le confinement a été décrété, un choix cornélien s’est imposé à de nombreux (jeunes) couples : se confiner ensemble ou séparément. Pour ceux ayant fait le choix de rester ensemble (de même que pour les couples vivant sous le même toit depuis longtemps), le confinement a été soit heureux, soit malheureux. Pour le dire vulgairement, le confinement, « ça passe ou ça casse ».

Selon un sondage Ifop pour Charles.co, site de consultation en ligne de sexologues, 4 % des couples n’auraient pas survécu au confinement. Pire encore : 12 % des sondés affirment qu’ils ne choisiraient pas de le revivre en compagnie de leur partenaire. C’est donc un couple sur 10 pour qui cette période les a éloignés. « On note cette tendance plutôt chez les jeunes couples, sans doute les plus fragiles. Pour eux, le confinement a été un poison et non un ciment », analyse François Kraus, directeur du pôle Politique/Actualité à l’Ifop, au Parisien. Pour les « anciens » couples également, cette épreuve peut s’annoncer douloureuse. Nicolas Bouveret, créateur du site divorcesimple.fr, dédié au divorce par consentement mutuel, animé par Me Karine De Luca, affirme au Parisien que « le service de podcast avec lequel nous collaborons, Parlons divorce avec Karine, animé par Me Karine De Luca, a vu son audience augmenter de 50 % entre mars et avril ».

— Antonio Guillem / Shutterstock.com

Une charge mentale accrue pour les femmes

Parmi les raisons poussant les couples à se séparer, beaucoup de femmes évoquent la charge mentale qui ne s’est pas allégée, bien au contraire. Un sondage Ifop pour Darwin Nutrition, effectué sur 3 000 Français, constate que 42 % des femmes consacrent plus de temps qu’avant à la préparation des repas, entrainant des tensions dans le couple. Les différences sont significatives entre les générations : ces tensions concernant les tâches ménagères concernent 53 % chez les moins de 35 ans et 31 % chez les personnes âgées. Les chiffres sont édifiants : 71 % des femmes estiment que les tâches ménagères les concernent, tandis que seulement 28 % estiment que ces tâches sont réparties de façon égalitaire. 8 % de femmes estiment que leur conjoint en fait le plus.

La sexualité a également pâti du confinement pour de nombreux couples. Ainsi, selon le sondage Ifop de Charles.co, un couple sur 5 n’a pas eu de sexualité pendant le confinement. Cela ne signifie pas pour autant un manque total de sexualité : un quart des Français vivant en confinement séparément aurait eu des contacts avec d’anciens conjoints ou partenaires sexuels.

Tout n’est toutefois pas si sombre : pour de nombreux couples, le confinement a eu un effet bénéfique. En effet, 60 % des couples estiment que le confinement n’a rien changé à leurs habitudes, et même 30 % estiment que vivre enfermés à 2 les a rapprochés.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
FAYARD Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
FAYARD
Invité
FAYARD

« Beaucoup de couples envisagent de se quitter » En réalité d’après l’article seulement 4%! Voilà le genre de titre qui présente l’information d’une façon déformée.Si on inverse, le titre réel est: 90% des couples ne regrettent pas le confinement et on peut mettre la photo d’un couple heureux! Cela fait un… Lire la suite »