Nouveau rebondissement concernant les protections hygiéniques. S’il avait été révélé que les tampons pouvaient provoquer des chocs toxiques assez graves, nous apprenons aujourd’hui que les coupes menstruelles aussi !

Attention aux coupes menstruelles !

Après les révélations concernant la dangerosité des tampons, de nombreuses femmes ont abandonné cette protection hygiénique pour se diriger vers un moyen plus sûr… enfin, c’est ce qu’elles croyaient. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) dénonce le manque d’information sur les notices d’utilisation.

Une mauvaise utilisation des tampons peut mener droit à de graves chocs toxiques. Ces derniers entraînent de graves séquelles pouvant aller jusqu’à une amputation, voire au décès. C’est la même chose pour la coupe menstruelle puisque cette dernière est insérée dans le vagin pour récolter les règles.

Une mauvaise utilisation peut permettre le développement d’une bactérie qui peut produire une toxine aux conséquences graves sur le corps. Or, rien n’est écrit à ce sujet dans les notices.

Coupe menstruelle polémique
— David Pereiras / Sutterstock.com

Un rapport dévoile les risques des coupes menstruelles

C’est pour ces différentes raisons que la DGCCRF pointe du doigt les notices d’utilisation. Ces dernières n’indiquent jamais les risques de chocs toxiques auxquels font face les utilisatrices de ce produit. Pourtant, de plus en plus de femmes se tournent vers cette solution plus écologique (car lavable) contrairement aux tampons et aux serviettes hygiéniques (à utilisation unique).

Concernant la coupe menstruelle, les autorités sanitaires conseillent de ne la porter que 8 heures grand maximum, alors que certaines notices affirment qu’elle peut rester en place entre 4 et 12 heures. Enfin, les autorités sanitaires indiquent qu’il ne faut pas porter les coupes menstruelles la nuit.

En décembre 2019, l’Anses a rendu un rapport allant déjà dans ce sens en ajoutant que des traces de substances chimiques sont présentes mais en plus petite quantité que dans les tampons. Les fabricants vont-ils prendre en compte cette demande ?

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de