— chaiyawat chaidet / Shutterstock.com

Pour l’instant, il n’existe pas de véritable traitement à 100 % efficace pour soigner le Covid-19. Quoi qu’il en soit, les chercheurs du monde entier font des recherches et des essais pour enfin trouver ce qui pourrait soigner les malades du coronavirus. L’un des essais actuellement en cours consiste à utiliser le sang de ceux qui ont guéri de la maladie.

Utiliser le sang des patients guéris pour soigner les patients malades

Partout dans le monde, des spécialistes de la santé et leurs collègues scientifiques ont lancé les protocoles d’essais pour utiliser le sang des personnes qui ont guéri du Covid-19 pour traiter ceux qui sont encore malades. Ce traitement est ce que l’on appelle le plasma de convalescent. Cela fonctionne de manière à ce que les anticorps qui ont été accumulés chez les patients guéris puissent aider à éliminer le virus chez les autres. En effet, lorsqu’un virus attaque une personne, le système immunitaire réagit en créant des anticorps. Si ces anticorps réussissent à combattre le virus, ils finissent par s’accumuler dans le plasma, la partie liquide du sang.

Actuellement, des essais cliniques sur le sujet sont donc en cours en Chine, au Canada, au Japon, aux États-Unis, en Inde et au Royaume-Uni. Pour ce faire, les hôpitaux doivent demander aux personnes qui se sont rétablies du Covid-19 de donner de leur sang pour que le plasma puisse être utilisé dans les essais cliniques. Les experts espèrent que cette technique vieille d’un siècle, qui a déjà fait ses preuves face à d’autres épidémies, puisse être efficace contre l’actuelle pandémie. En effet, le traitement par plasma de convalescent a été utilisé pour endiguer l’épidémie de grippe espagnole il y a plus de 100 ans. Le traitement s’est également avéré efficace pour traiter Ebola et le SRAS.

Des essais cliniques dans de nombreux pays

En ce qui concerne les essais aux États-Unis, les deux premiers patients à subir le traitement au plasma de convalescent sont en train de se rétablir, a rapporté Fox News. Les patients, Renee Bannister âgée de 63 ans et Andy Fei âgé de 61 ans, ont tous les deux été soignés à l’hôpital Virtua Voorhees, dans le New Jersey. Il est à savoir qu’avant la transfusion, les deux patients étaient assez gravement touchés par la maladie, et ont même dû être placés sous respirateur. Les pronostics quant à leur survie étaient alors faibles, avait déclaré le Virtua Health dans un communiqué de presse. À présent, ils sont hors de danger et ils sont déjà rentrés auprès de leurs familles respectives.

À noter qu’aux États-Unis, les essais sont dirigés par la Mayo Clinic et sont effectués dans plus de 1600 sites à travers le pays. Selon le protocole du programme, les données initiales des études sur le plasma de convalescent de Covid-19 « indiquent qu’une dose unique de 200 millilitres a montré des avantages pour certains patients, conduisant à une amélioration », a rapporté ABC News. Quoi qu’il en soit, les essais aux États-Unis rencontrent une certaine difficulté dans la mesure où la population semble réticente à participer au programme.

Au Royaume-Uni, les essais cliniques avec le plasma de convalescent ont été pris en charge par le NHS Blood and Transplant, a rapporté The Guardian. Cela se fera dans le cadre du programme Recovery Trial avec l’université d’Oxford, et du programme Remap-Cap Trial mené avec l’Intensive Care National Audit and Research Centre. Pour l’instant, les résultats préliminaires des essais britanniques n’ont pas été dévoilés. Le Japon a également commencé ses essais cliniques sur le traitement par plasma de convalescent, a rapporté Nikkey Asian Review. Dans le pays, les essais sont menés par le National Center for Global Health and Medicine avec la collaboration d’établissements privés comme Takeda Pharmaceutical.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de