Sur le site du Daily Geek Show, nous écrivons régulièrement sur les caractéristiques fascinantes du corbeau. Animal unique et riche en capacités intellectuelles, il fait l’objet de nombreuses études pour tenter de décrypter toute l’étendue de ses facultés mentales. Si nous savions qu’ils étaient déjà capables de fabriquer des outils par l’assemblage de plusieurs composants, une nouvelle étude nous dévoile aujourd’hui qu’ils peuvent également planifier jusqu’à 3 étapes à l’avance lors de l’utilisation de ces outils. Explications.

 

Des oiseaux extrêmement intelligents

Les corbeaux sont donc capables de prévoir, de planifier plusieurs étapes dans leur réflexion. Fonctionnant de la même manière qu’un joueur d’échecs, cela démontre toute l’étendue des capacités mentales de ces animaux fascinants. C’est lors d’expériences sur des corbeaux de Nouvelle-Calédonie que l’on s’est aperçu de leur comportement impressionnant. Afin d’utiliser leurs outils de manière optimisée, ils imaginent en avance les actions qu’ils réalisent ensuite.

Si au cours des 20 dernières années, des observations diverses sur des corbeaux permettent de s’interroger sur les capacités insoupçonnées jusqu’à peu concernant les corbeaux, les études scientifiques comme celles-ci se font plus rares. Dorénavant, nous avons la preuve concrète de ce mode de fonctionnement. Les responsables de l’expérience ont dû en conséquence faire la distinction entre planification en ligne et planification préalable.

Pour vous expliquer concrètement et simplement de quoi il s’agit, voici deux courtes définitions.

La planification en ligne implique l’élaboration d’un plan instantané. Par exemple, vous faites un mouvement physique, vous constatez les effets/conséquences qu’il en découle, et vous choisissez d’effectuer une action supplémentaire.
La planification préalable est une véritable planification ordonnée. Vous allez donc prévoir une série d’étapes à suivre, comme c’est le cas lorsque vous jouez aux échecs. Cela demande une plus grande organisation d’esprit et une plus large réflexion, puisqu’il faut prendre en compte beaucoup de cas de figures et de conséquences.

 

Comment s’est déroulée l’expérience ?

Les responsables de l’expérience ont donc pu concevoir une expérimentation mettant en valeur la planification préalable. Pour se faire, les corbeaux devaient utiliser un bâton court afin de tirer une pierre d’un tube. Ensuite, ils devaient utiliser cette pierre pour libérer une plateforme et ainsi obtenir de la viande. Dans le même temps, un autre tube leur était présenté et contenait un bâton plus long.

Ce qui est intéressant de noter, c’est que chaque étape du problème à résoudre était dissimulée par un bouclier en bois, ce qui avait pour effet d’empêcher au corbeau de voir plus qu’une étape de l’expérience. Ils devaient donc déjà faire preuve d’imagination. Ensuite, pour corser le tout, les chercheurs ont échangé plusieurs fois la position des deux tubes au cours des multiples essais. Tout cela avait pour effet de forcer les corbeaux à se rappeler où ils avaient vu le bon outil pour la dernière fois.

Dans les faits, lorsque les corbeaux se confrontaient à l’expérience, ils devaient se représenter mentalement un tas de critères : où se trouvait le long bâton, la pierre et la viande d’abord, mais aussi utiliser ces connaissances pour bâtir un plan et l’exécuter de manière ordonnée une fois le bâton court obtenu.

Cette expérience ne pouvait pas être résolue, du moins dans un pourcentage de réussite constant, avec une planification en ligne. Les corbeaux devaient donc utiliser une planification préalable, ce qui est tout de suite plus compliqué. Les corbeaux se sont même très bien comportés, et Saturne (l’un des sujets de l’expérience) n’a commis aucune erreur au cours de ses multiples essais !

 

Que peut-on en retenir ?

Les différentes étapes que comportait – et nécessitait – l’expérience démontrent et prouvent que les corbeaux calédoniens peuvent prévoir trois comportements. Les résultats sont tout bonnement bluffants, même si la faculté à prévoir était déjà un sujet de réflexion pour quelques chercheurs. La relation entre ces corbeaux calédoniens et les outils rentrent donc dans une toute nouvelle dimension. Désormais, les chercheurs vont pouvoir creuser plus profondément dans ce secteur et cherchent à étudier l’évolution de la planification elle-même.

Chez les êtres humains, il faut savoir que la planification est l’une des capacités cognitives les plus développées. L’utilisation d’outil nous a notamment permis de nous hisser tout en haut de la civilisation depuis des milliers d’années, et si nous pouvons nous frotter à n’importe quel animal, c’est en raison de cela. Nu, l’Homme n’est pas du tout au sommet de la chaîne alimentaire. En revanche, avec des outils, il peut s’attaquer à n’importe quel animal.

Quoi qu’il en soit, ces chercheurs souhaitent approfondir cette expérience en allant encore plus loin dans les tests sur cette planification. Nous ne manquerons pas de vous faire part de leurs découvertes fascinantes sur le Daily Geek Show !

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de