— WHITE MARKERS / Shutterstock.com

Il existe actuellement un grand nombre de contraceptions féminines. Malheureusement, un certain nombre d’entre elles ont des effets secondaires qui peuvent être néfastes pour la santé des femmes. En cherchant des alternatives à ces contraceptifs hormonaux, les scientifiques ont découvert qu’il existe chez certaines femmes stériles des anticorps qui neutralisent les spermatozoïdes, et ils veulent exploiter ces anticorps pour la contraception.

Une nouvelle méthode de contraception potentiellement avec moins d’effets indésirables

À l’heure actuelle, la plupart des solutions de contraception disponibles sur le marché sont des méthodes de barrière ou reposent sur des hormones pour empêcher la fécondation d’un ovule. Malheureusement, les méthodes barrières comportent beaucoup de failles, et les contraceptifs hormonaux provoquent souvent une longue liste d’effets indésirables. Dans une quête pour esquiver les effets secondaires de la contraception hormonale, une équipe de scientifiques de l’école de pharmacie Eshelman de l’université de Caroline du Nord a commencé une étude sur un contraceptif qui exploite des anticorps qui ciblent les spermatozoïdes.

En effet, les chercheurs cherchent à reproduire en laboratoire les protéines qui imitent la capacité du système immunitaire à combattre les agents pathogènes nocifs, tels que les virus. Chez certaines femmes atteintes de stérilité, les spermatozoïdes sont également ciblés par le système immunitaire, et une version synthétique de ces anticorps pourrait être un nouveau moyen efficace pour prévenir les naissances. Plus précisément, les anticorps ne se fixent qu’aux spermatozoïdes en raison d’une caractéristique unique qui les empêche de se lier à d’autres cellules ou tissus. On parle dans ces cas-là d’infertilité immunitaire.  

—SciePro / Shutterstock.com

Une efficacité de 99 % durant les essais en laboratoire

Selon l’étude publiée dans la revue Science Translational Medicine, des essais en laboratoire sur des moutons ont montré une stabilité et une efficacité de 99 % du contraceptif. Pour produire les anticorps synthétiques utilisés lors des essais en laboratoire, les chercheurs ont prélevé des échantillons de ces anticorps sur des femmes infertiles. Par la suite, les anticorps ont été modifiés pour être encore plus efficaces contre les spermatozoïdes. « Nous avons conçu des anticorps qui étaient au moins 10 à 16 fois plus puissants pour agglutiner les spermatozoïdes et réduire la perméation des spermatozoïdes à travers le mucus que le meilleur anticorps connu », a expliqué Bhawana Shrestha, auteure principale de l’étude, dans un communiqué.

« Cela empêche les spermatozoïdes de nager à travers le mucus et d’atteindre l’ovule, permettant une contraception puissante et non hormonale avec un mécanisme pharmacologique qui a déjà été validé chez les femmes », a-t-elle ajouté. Pour l’instant, le contraceptif n’a pas encore été testé sur l’Homme, et les chercheurs ont précisé que de nombreuses recherches sont encore nécessaires avant que cela soit possible. Il faut notamment déterminer si le contraceptif à base d’anticorps ne présente pas de risque pour la santé et pour la fertilité.

Quoi qu’il en soit, les chercheurs ont déjà pensé à un mode d’administration des contraceptifs chez l’Homme. Il serait notamment inséré dans le vagin à l’aide de produits comme les anneaux intravaginaux qui libéreraient les anticorps rapidement, pendant la fenêtre de fertilité, a rapporté Science Alert. Par ailleurs, les chercheurs se sont également déclarés plutôt optimistes sur l’efficacité et la sûreté de ce nouveau mode de contraception. « Plutôt que de modifier les mécanismes physiologiques à la base de la fertilité tels que les hormones, l’immunocontraception devrait permettre un retour rapide à la fertilité, contrairement aux mois de retard subis par certaines femmes même après avoir cessé d’utiliser des contraceptifs hormonaux à action prolongée », note en effet l’étude.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de