― Dmytro Zinkevych / Shutterstock.com

La pandémie de coronavirus a bouleversé la vie de la population mondiale en l’espace de quelques mois. En France, cette situation a eu un net impact sur la santé mentale des gens. Lundi 22 mars dernier, les fédérations de mutuelles, assurances santé et institutions de prévoyance ont annoncé la prise en charge de plusieurs consultations de psychologues par année.

Une prise en charge limitée

Vos consultations chez un psychologue vont enfin être remboursées ! Rappelons tout d’abord que contrairement aux consultations des psychiatres, les séances chez les psychologues ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale, sauf en cas de consultation d’un professionnel exerçant au sein d’un hôpital ou d’un centre médico-psychologique (CMP). Ce nouveau dispositif de prise en charge des consultations des psychologues mis en place par les fédérations sera appliqué dès cette année.

Grâce à un contrat complémentaire santé, les consultations seront prises en charge dès le premier euro facturé et dans la limite de 60 euros par séance pour les patients. Si les assureurs ne s’engagent pas à rembourser plus de quatre séances par année, les mutuelles ont quant à elles fixé ce chiffre comme seuil minimum. En outre, les assureurs exigent également que les patients disposent d’une prescription médicale pour bénéficier d’un remboursement. En revanche, la Mutualité française indique qu’elle n’exige pas cela.

― TZIDO SUN / Shutterstock.com

Une initiative saluée par les patients

Gladys Mondière, psychologue à Lille et co-présidente de la Fédération française des psychologues et de psychologie (FFPP), considère que cette initiative n’a « rien à voir avec les remboursements d’une vingtaine d’euros proposés par les expérimentations de la CNAM ». Un avis soutenu par Patrick-Ange Raoult, maître de conférences en psychologie clinique et secrétaire général du Syndicat national des psychologues.

Ce dernier indique que quelques consultations ne sont pas suffisantes pour traiter des troubles, mais peuvent néanmoins soulager « un public vulnérable qui s’arrange parfois déjà financièrement avec son psychologue ».

De leur côté, les patients se sont réjouis de cette initiative. June, une patiente de 29 ans en arrêt maladie depuis un an et demi, indique que le coût d’une seule séance chez le psychologue représente dix ou quinze jours de courses alimentaires. « Le psychiatre qui me suit, mon médecin généraliste, tout le monde m’a dit de faire de l’EMDR pour soigner mes chocs post-traumatiques. Mais à 70 euros la séance, je ne pouvais pas. C’est dix ou quinze jours de courses alimentaires », a-t-elle déclaré.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de