mélanger prénom
— Ground Picture / Shutterstock.com

Avez-vous déjà appelé votre patron « Maman » ou votre conjoint par le nom de votre chien ? ‍Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas seul. Mélanger les noms arrive aux meilleurs d’entre nous, et la science dit que cela pourrait en fait révéler quelque chose de surprenant sur les relations avec les personnes avec qui nous sommes proches.

Cela nous est déjà tous arrivé, mais pourquoi ?

Confondre les noms est quelque chose qui arrive à tout le monde et, étonnamment, cela arrive surtout avec les personnes qui nous sont proches. Bien que cela puisse parfois être embarrassant, ou même problématique, c’est un phénomène tout à fait normal qui ne constitue en rien un signe de problème de mémoire ou de vieillissement du cerveau. Cela ne veut cependant pas dire que notre cerveau n’est pas impliqué, au contraire. Une nouvelle étude réalisée par les chercheurs du Rollins College, aux États-Unis, a révélé qu’il s’agit en fait d’un indicateur de nos relations avec les autres.

En effet, d’après les résultats de l’étude publiée dans la revue Memory & Cognition, la confusion des noms est en fait une bizarrerie cognitive qui est un indicateur de proximité et d’affection envers d’autres personnes. Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont interrogé environ 1 700 individus de tout âge. Leur première constatation est que les noms qui sont le plus souvent mélangés sont ceux des membres de la famille et des amis. D’après les chercheurs, cela résulte d’un problème cognitif résultant de la façon dont le cerveau catégorise et stocke ces noms.

© Baby names / pbkwee / Flickr

Mémoriser les noms est plus difficile qu’on ne le pense

En fait, ce qu’il faut savoir avec les noms, c’est que ce sont des étiquettes arbitraires, dépourvues d’informations descriptives. Cela rend plus difficile pour le cerveau de s’en souvenir par rapport à d’autres types de mémorisation, comme la mémorisation des événements ou des objets. En fait, lorsque nous essayons de retrouver un nom, notre cerveau va réaliser un réseau d’associations pour y parvenir. Il va notamment se baser sur des caractéristiques personnelles, des expériences partagées et même des attributs physiques spécifiques.

Ainsi, il va catégoriser les noms en deux : les noms des personnes qui nous sont les plus proches et les noms des simples connaissances. Les chercheurs ont constaté que lorsqu’on confond des noms, les noms interchangés appartiennent à la même catégorie. Cela suggère que notre cerveau catégorise les personnes en fonction d’expériences partagées et de liens émotionnels. « Dans l’ensemble, les noms erronés d’individus familiers sont motivés par la relation entre celui qui les a mal nommés, ceux qui les ont mal nommés et ceux qui les ont nommés », ont écrit les chercheurs.

Mais il existe également un autre facteur qui influence la confusion des noms. « La similitude phonétique entre le nom incorrect utilisé par la personne et le nom correct joue également un rôle dans la dénomination erronée », ont expliqué les chercheurs. Dans tous les cas, cela signifie que confondre des noms n’est pas le signe d’une sénilité précoce ou d’un quelconque problème du cerveau.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments