conséquences du confinement
— olrat / Shutterstock.com

Plusieurs études ont été réalisées à propos du confinement et de ses effets positifs. La dernière étude en date concerne les personnes qui ne croient pas aux résultats du confinement. Ainsi, on apprend que 60 000 décès ont été évités grâce à cette mesure.

Un confinement inutile ?

Plusieurs Français pensent que le confinement est inutile et sortent comme si de rien n’était. Or, une récente étude réalisée par des épidémiologistes de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) démontre que 60 000 morts ont été évités grâce à cette mesure stricte. Certes peu agréables, les 5 semaines de confinement sont très dures à vivre pour certains, mais rester enfermé chez soi a permis d’éviter une véritable hécatombe, relate Le Monde.

Pascal Crépey, un des chercheurs derrière l’étude, dévoile que « dans notre modèle, le nombre de décès quotidien double tous les quatre à cinq jours à partir du 19 mars, et atteint 10 000 morts le 19 avril ». Autrement dit, si la France n’avait pas été confinée, le virus aurait infecté 23 % de la population. D’après l’étude, 670 000 patients auraient dû aller à l’hôpital dont 140 000 cas graves, sans parler du nombre de lits en réanimation qui dépasse l’entendement (soit 100 000).

Un désastre a été évité

Les chercheurs ont modélisé la contamination du coronavirus entre le 19 mars et le 19 avril, sans aucune distanciation sociale ni confinement. Le résultat est effrayant : 73 900 personnes auraient succombé au virus, alors qu’en date du 24 avril, 21 856 décès sont à dénombrer. Une différence impressionnante qui prouve l’utilité du confinement.

Le co-auteur de l’étude explique également : « Ces chiffres sont un minimum. Ils ne tiennent pas compte de tous les patients qui seraient morts faute de soins si les hôpitaux avaient été débordés. »

Pascal Crépey met ainsi un terme aux doutes concernant cette mesure : « Ces résultats enterrent définitivement l’idée qu’on aurait pu laisser le virus se propager. » En effet, cette mesure « sert d’abord à gagner du temps, avec l’espoir d’avoir de nouvelles armes dans six ou douze mois ». Pour lui, le début du déconfinement annoncé pour le 11 mai est un scénario « encore réaliste » si les Français ne font preuve d’aucun relâchement.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de