Les faits se sont déroulés le samedi 3 août 2019. Un homme de 35 ans, ivre, avait jeté son chien du troisième étage. Un acte qui lui a valu une peine d’emprisonnement de 3 ans, dont 1 an avec sursis et l’interdiction à vie d’avoir un animal à charge.

Un homme qui semble en tout point violent

Au-delà du fait que l’homme ait jeté sans scrupule son chien de l’immeuble, il a également proliféré de nombreuses injures à l’égard des forces de police venues l’interpeller à 2h du matin et envers les pompiers qui sont venus s’enquérir de la santé du prévenu.

Ce dernier affichait un taux d’alcoolémie de 0,8 gramme dans le sang. Il a également porté de multiples coups de poing, de pied et de tête aux policiers durant tout le trajet l’amenant jusqu’au poste de police. Dans ses actes violents, le prévenu a même mordu un agent de police à la cuisse gauche à tel point que les policiers ont dû appeler des renforts et faire usage de leur TaserTM pour maîtriser l’homme.

Le procès

Comme le rapporte RTL, l’affaire a été jugée le vendredi 23 août 2019, devant le tribunal de grande instance de Montpellier où a siégé la présidente Boussaquet. Pour sa « défense », le prévenu avait déclaré durant son interrogatoire, rapporté par Midi Libre : « J’avais beaucoup bu, la veille j’avais pris beaucoup de cocaïne. Je ne me souviens plus de rien. »

Son avocat a quant à lui demandé à la juge de juger non pas les faits « sauvages » mais « de juger l’homme ».

Néanmoins, le procureur de la République a été ferme dans sa plaidoirie en déclarant : « Monsieur me paraît très dangereux. S’il peut en arriver là quand il boit ou se drogue, qui nous dit qu’il ne jetterait pas son fils du balcon s’il en avait la garde ? » Le fils en question a seulement 4 ans mais le prévenu au chômage n’en a pas la garde.

Le verdict

Lors de son procès, le tribunal de grande instance de Montpellier a prononcé une peine de trois ans de prison dont deux ans fermes à l’encontre de l’homme de 35 ans. De plus, il n’aura plus jamais le droit de détenir un animal et devra débourser une somme totale de 5 600 euros pour soigner et dédommager les victimes de ses actes de violence.

Quant au petit animal, il a été recueilli par l’Association pour la protection des animaux (SPA) de Villeneuve-lès-Maguelone. Il a en outre été accueilli par Annie Benezech, la porte-parole de l’association. Elle confie au Parisien qu’il s’agit d’une victoire et que « c’est rare qu’une condamnation aussi forte soit prononcée ». Malheureusement, elle ajoute également que le chien blessé reste pour le moment « très anxieux et craintif vis-à-vis de la main de l’homme ».

En tout cas, le tribunal de grande instance de Montpellier a prouvé que « les citoyens et la justice prennent de plus en plus conscience de la souffrance animale » selon les dires d’Annie Benezech rapportés par France Bleu. Les juristes, quant à eux, ont salué cette décision de justice et pensent qu’elle pourrait faire jurisprudence.

COMMENTEZ
2

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
jourdatDartevelle Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Dartevelle
Invité
Dartevelle

Je suis ravie de cette condamnation.merci aux juges.

jourdat
Invité
jourdat

cette histoire navrante se passe de commentaires et se nourrit de sa propre incongruité et je le déplore .Si toutefois l’incarcération de la personne se justifie, je ne comprends pas pourquoi en revanche la peine devrait être assortie de 5000 euros d’amende. Si cette personne est au chômage, cette somme… Lire la suite »