Un collectif belge permet de nouveau aux SDF de s’allonger sur les bancs. Pour rappel, de nombreuses mairies en France et dans le monde ont effectué des modifications sur leur mobilier urbain, ce qui avait pour but intentionnel de ne plus pouvoir s’allonger dessus. Les sans domicile fixe étaient donc visés, ce qui pour beaucoup constitue un geste dénué de compassion et de dignité.. La raison officielle est de chercher à obtenir une image de ville plus propre et qui donne envie. A Bruxelles, un collectif s’insurge, et s’est donné pour objectif de transformer ces bancs de façon à les rendre accessibles pour tous, une fois de plus.

 

Présentation du projet

Le collectif en question répond au nom de « Design for everyone« , se traduisant par “design pour tout le monde” dans la langue de Molière. Les principaux dirigeants sont Charlotte et Laurent, un couple fondateur du mouvement. Déterminé, ce projet a vu le jour il y a un an et demi, à l’occasion de la visite d’Angela Merkel dans la capitale belge. En effet, lors de la venue de la chancelière allemande, la mairie de Bruxelles avait mis en place tout un plan afin de chasser les SDF, considérés comme nuisibles et donnant une image dégradante à la ville.

C’est ainsi que des bancs ont été modifiés, de façon à ne pas permettre à quiconque de s’allonger. Vous en avez surement déjà vu, ce sont des petits arceaux en fer qui séparent en deux ou en trois un banc.. Assez hauts et résistants pour ne pas permettre à une personne de s’allonger, ils signifient la perte d’un lieu de repos pour les personnes dans la précarité qui doivent désormais dormir sur le sol, glacial.

« On a repéré il y a quelques semaines un banc qui nous posait question de par son design. Son design fait en sorte qu’il n’y a pas d’assise plane. Ils ont ajouté des arceaux en métal, c’est très design mais ça ne sert à rien, à part empêcher sans doute que quelqu’un puisse se coucher dessus. Nous, on veut que les gens se saisissent de la question donc on a construit une structure qui va s’adapter. On va la glisser sans abîmer le banc pour lui redonner cette assise plane. » – Charlotte, fondatrice du mouvement.

Ces actions n’étant pas officielles, le collectif doit agir dans l’ombre et avec hâte. En effet, la mairie pourrait faire passer ces comportements comme dégradation du matériel public, des risques sont donc présents. Les membres de l’association, dans la majorité des cas, repèrent un banc qui pose problème, construisent de quoi le remettre en état, dans leur atelier ; et seulement ensuite, ils interviennent physiquement. Pour ne pas endommager le banc, ils fixent avec des colsons. Lors de leur intervention, les passants, curieux, observent. Loin de contester leur action, au contraire, ils comprennent les raisons de l’association.

 

Sensibiliser la population

Le collectif n’agit pas que dans le l’ombre. Après chaque passage, ils laissent un mot expliquant leur démarche, et prennent en photo leur action. Après publication sur les réseaux sociaux, ils souhaitent sensibiliser et devenir des initiateurs d’un mouvement de plus en plus global. Comme expliqué dans l’introduction, de plus en plus de mairies en France décident de prendre des mesures similaires.. D’un côté, les citoyens soutiennent en majorité ce genre de mesure. La mairie, elle, se montre assez ferme.

« On ne sait pas si c’est uniquement les politiques ou si c’est un choix des designers qui n’ont pas réfléchi plus loin, mais cela a clairement un impact sur le vivre-ensemble, sur la manière dont les gens peuvent se rencontrer, et sur la vision de la société qui doit être propre, nette et sécure, et surtout pas trop déranger », explique Charlotte.

Après une intervention, il arrive que la mairie décide de rester ferme et de réinstaller les grilles ou arceaux métalliques sur les bancs. Ainsi, c’est un petit “jeu” d’endurance et de volonté qui se met en place, entre la mairie et l’association. Dans tous les cas, une majorité de citoyens bruxellois soutiennent le mouvement et comprennent totalement l’enjeu, ce qui motive les fondateurs de Design for everyone.

Mais si le collectif lutte pour remodeler ce type de mobilier urbain, d’autres critiques sont également émises. Par exemple, l’absence de banc dans certains quartiers est tout aussi révélatrice du manque de considération de la part des autorités vers les personnes dans la précarité. Plusieurs bancs ont ainsi été enlevés, sans mesure de remplacement, dans certaines zones de la capitale belge. Le collectif dénonce “une influence négative sur la cohésion sociale dans les quartiers.”

Dépenser de l’argent pour empêcher l’installation des SDF, plutôt que de s’en servir pour les aider, c’est un comportement moralement très discutable et honteux pour beaucoup. Cependant, force est de constater que cette initiative de désobéissance civile plait à de plus en plus d’internautes…

Facebook/DesignForEveryone

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de