Afin de limiter la pollution plastique, qui constitue l’un des principaux problèmes environnementaux auxquels est confronté le pays, la Chine vient d’annoncer la mise en place d’un plan de 5 ans visant à réduire drastiquement son utilisation.

Objectif : réduire de 30 % l’utilisation du plastique d’ici 2025

Particulièrement nocifs pour l’environnement, les déchets plastiques représentent aujourd’hui un problème mondial : plus de 310 millions de tonnes de ce type de déchets sont produites chaque année, dont plus d’un tiers finissent dans la nature. Il y a quelques jours, la Commission nationale du développement et de la réforme et le ministère de l’Environnement chinois ont confirmé que plusieurs produits plastiques à usage unique (sacs, gobelets jetables et pailles) seraient interdits dans les principales villes du pays d’ici fin 2020.

Recensant 1,4 milliard d’habitants, l’Empire du Milieu est aujourd’hui considéré comme le premier pollueur au monde : il a produit 210 millions de tonnes de déchets en 2017 et cette quantité pourrait s’élever à 500 millions de tonnes en 2030. Avec l’avènement des achats en ligne et des services de livraison à domicile en Chine, l’utilisation d’emballages (y compris postaux) et d’ustensiles plastiques à usage unique n’a cessé d’augmenter et constitue aujourd’hui un problème urgent. Afin d’y faire face, le gouvernement chinois a annoncé un plan quinquennal visant à réduire de 30 % leur utilisation à l’horizon 2025.

L’an passé, la ville de Shanghai s’était illustrée dans le domaine de l’écologie en lançant un programme de tri et de recyclage particulièrement ambitieux, qui devrait être progressivement étendu à l’ensemble des agglomérations du pays d’ici 2025.

— Tong_stocker/Shutterstock.com

Un plan trop ambitieux ?

D’ici la fin de l’année en cours, en plus des sacs en plastique non biodégradables et des pailles alimentaires, le polystyrène et la vaisselle jetable, massivement utilisés par les services de livraison de repas à domicile et les restaurants, devront disparaître des grandes agglomérations chinoises. Une mesure qui sera étendue à l’ensemble du pays d’ici 2022. Seules exceptions à la règle, les marchés de produits frais et les hôtels (proposant gratuitement peignes et brosses à dents à leurs clients) bénéficieront d’un sursis et auront jusqu’à 2025 pour bannir ce type de produits. Dans le même temps, la Chine s’engage également à stopper la production et la vente de sacs plastiques de moins de 0,025 mm d’épaisseur.

Afin d’assurer la transition, le pays entend promouvoir des alternatives plus respectueuses de l’environnement (emballages et sacs biodégradables, en tissu ou en papier…), mais de nombreux observateurs s’interrogent sur la faisabilité de ce plan ambitieux et les moyens mis en place afin de s’assurer du respect des objectifs fixés. L’écologiste Ma Jun, qui dirige l’Institut des affaires publiques et environnementales, rappelle notamment que le pays avait mis en place plusieurs mesures afin d’interdire la gratuité des sacs en plastique dès 2008, mais que douze ans plus tard, la réglementation est encore loin d’être appliquée à la lettre.

Selon un rapport publié en mars 2019 par le WWF, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41 % d’ici 2030 si rien n’est fait. La quantité accumulée dans les océans, constituée à 70 % d’articles à usage unique, atteindrait alors 300 millions de tonnes.

À l’occasion de la fête des célibataires, se déroulant chaque 11 novembre en Chine, environ 2,3 milliards de colis sont livrés en l’espace de 24 heures.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
ozerfil Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
ozerfil
Membre
ozerfil

Voilà une mesure CONCRÈTE, loin des élucubrations de bobos !! Par ailleurs, « Premier Pollueur au Monde » : que signifie ce chiffre rapporté à la proportion de Chinois sur Terre ? Concentrons 1.5 milliards d’AUTRES habitants des pays les plus riches (par conséquent les plus consommateurs et donc les plus pollueurs)… Lire la suite »