— D. Kolyvai / Shutterstock.com

Il y a plus de 2200 ans, le peuple chinois a commencé à ériger un ensemble de fortifications militaires que l’on connait désormais sous le nom de Grande Muraille de Chine. Si ce mur long de plus de 21 000 kilomètres a été construit pour se protéger des ennemis de la nation, la Chine veut maintenant construire un nouveau mur pour se protéger du Covid-19.

Si la pandémie de Covid-19 a essentiellement constitué un obstacle à de nombreux aspects de la vie des êtres humains, cela a également été une opportunité pour certains de réaliser certaines choses qu’ils n’ont pas pu faire auparavant. C’est le cas de la Chine qui a utilisé le prétexte du Covid-19 pour commencer un projet colossal : la construction d’une nouvelle grande muraille à la frontière sud du pays. Selon un rapport du Wall Street Journal, cet énorme barrage anti-covid devrait s’étendre sur une distance d’environ 5 000 kilomètres. La construction de ce mur a déjà commencé, et elle perturbe déjà la circulation des habitants frontaliers.

En effet, des agriculteurs se sont plaints de ne plus pouvoir emmener leur bétail à leur pâturage habituel, et des commerçants se sont trouvés dans l’incapacité d’approvisionner certains villages. Si le gouvernement chinois affirme qu’il s’agit vraiment d’une mesure pour empêcher la propagation du Covid-19, les experts pensent qu’il y a probablement un objectif caché derrière ce projet. Karin Dean, une experte sur les relations frontalières entre la Chine et le Myanmar à l’université de Tallinn en Estonie, pense notamment que la Chine veut utiliser ce mur pour sécuriser ses frontières contre la venue de réfugiés dans le pays.

Outre l’impact social de ce nouveau mur, cette construction devrait également avoir un impact environnemental important, autant en termes de pollution qu’en termes de perturbation de l’écosystème local.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments