― Brookgardener / Shutterstock.com

Alibaba est un géant inébranlable en Chine. Il y a quelques jours, Auchan a annoncé qu’il cédait sa filiale chinoise SunArt au géant de l’e-commerce chinois pour trois milliards d’euros. Le groupe de distribution français va ainsi quitter l’Empire du Milieu un peu plus de vingt ans après son arrivée sur ce marché.

Une entreprise créée au début du millénaire

La filiale SunArt avait été créée par Auchan et Ruentex au début du millénaire. En 2017, Ruentex a revendu ses parts à Alibaba pour 2,5 milliards d’euros. Depuis, Auchan et le géant de l’e-commerce chinois détenaient chacun 36 % de la firme. Aujourd’hui, le groupe de distribution français cède à son tour ses parts au géant chinois. « Auchan Retail a accepté la proposition faite par Alibaba de rachat de la totalité de sa participation dans SunArt (484 hypermarchés, 150 000 collaborateurs, leader en part de marché alimentaire en Chine) », a-t-il détaillé dans un communiqué.

Rappelons que le groupe français a vu son chiffre d’affaires chuter de 1,5 milliard d’euros l’année dernière. Il s’est ainsi engagé dans un plan de redressement occasionnant la cession de plusieurs sites en France et en Italie. Il indique que la vente des parts de SunArt lui permettra d’accélérer le déploiement de son projet d’entreprise Auchan 2022 sur ses implantations actuelles. En outre, cette vente lui permettra également de se désendetter et de se développer dans de nouveaux pays.

Pour Edgard Bonte, le président d’Auchan Retail, « la Chine est un marché inspirant, mais qui n’en reste pas moins très spécifique tant dans le fonctionnement que dans ses écosystèmes digitaux. Dans ce contexte Alibaba semble être le plus à même de faire grandir SunArt. »

― pixiaomo / Shutterstock.com

Alibaba continue son expansion

Pour Alibaba, cette opération est une excellente affaire. Ces dernières années, le géant chinois n’a pas caché son intention de se tourner un peu plus vers le marché physique, notamment à travers sa filiale Hema Fresh et son alliance avec Auchan en 2017. Pour rappel, lancée en 2017, la filiale Hema Fresh est un réseau physique de distribution alimentaire ultra-connecté, implantée dans 21 mégalopoles chinoises, dont Shanghai, Pékin, Shenzhen et Hangzhou. L’année dernière, cette dernière a annoncé son intention de s’attaquer plus largement aux villes avec une population dépassant le million d’habitants au cours des douze années à venir.

Mais ce n’est pas tout. Alibaba mise également sur la distribution non alimentaire, notamment avec Beijing Easyhome Furnishing, l’une des plus grandes chaînes d’ameublement du pays. Jusqu’à présent, sa stratégie semble bien marcher. Le géant chinois a notamment annoncé une hausse de 34 % de ses ventes au premier trimestre de son exercice décalé, grâce à l’explosion des dépenses sur Internet malgré l’impact économique de la crise sanitaire mondiale.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de