chien-truffe-odorat
— BigTunaOnline / Shutterstock.com

Domestiqués il y a des milliers d’années, les chiens ont évolué pour devenir très attentifs à notre comportement. Une récente série d’expériences a révélé qu’ils peuvent également détecter des niveaux de stress croissants chez les humains grâce à leur incroyable odorat.

Une précision de 94 %

Menée par des scientifiques de l’université Queen’s de Belfast, la nouvelle étude, présentée comme pionnière, a vu quatre chiens de compagnie entraînés à distinguer différentes odeurs. Trente-six participants humains ont ensuite été soumis à des tâches arithmétiques conçues pour induire un état de stress, et ont dû passer une compresse sur leur nuque et souffler dessus, avant et après le test.

Détaillées dans la revue PLOS One, les expériences réalisées ont impliqué des échantillons prélevés en situation de stress, dans un contexte « relaxant » ainsi que des compresses parfaitement propres à des fins de contrôle. Dans un premier temps, les chiens ont été récompensés pour avoir distingué le premier type d’échantillon du troisième. Le second a ensuite été introduit et les animaux ont dû identifier les échantillons prélevés en situation de stress au cours de 720 essais.

Fait impressionnant, ceux-ci les ont correctement identifiés dans 94 % des cas, constituant selon les auteurs de l’étude « une preuve irréfutable » que les états de stress peuvent engendrer des odeurs particulières et que les chiens sont capables de les distinguer.

chien-humain
— Standret / Shutterstock.com

« Les résultats montrent que nous, en tant qu’êtres humains, produisons des odeurs différentes à travers notre sueur et notre souffle lorsque nous sommes stressés, et que les chiens peuvent distinguer ces odeurs de celles que nous dégageons lorsque nous sommes détendus, même s’il s’agit d’une personne qu’ils ne connaissent pas », détaille Clara Wilson, auteure de l’étude.

D’importantes implications

Les scientifiques notent que l’étude n’a pas permis de savoir si les chiens perçoivent le stress comme positif ou négatif et que, dans la vie réelle, ils le mesurent probablement via d’autres indices, comme le ton de notre voix ou notre respiration. Les chercheurs estiment toutefois que ces connaissances s’avéreront précieuses pour la formation des chiens d’assistance, qui s’appuient actuellement essentiellement sur des signaux visuels.

« Cette étude montre que les chiens n’ont pas besoin de repères visuels ou sonores pour détecter le stress humain. Ils peuvent sentir le stress uniquement à partir de l’haleine et de la sueur, ce qui pourrait être utile lors du dressage des chiens d’assistance et des chiens de thérapie », poursuit Wilson. « Elle contribue également à éclairer la relation entre les humains et les chiens et à mieux comprendre comment ces derniers peuvent interpréter les états psychologiques des humains et interagir avec eux. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments