chat
— Denis Val / Shutterstock.com

Les animaux de compagnie sont souvent plus intelligents et plus empathiques qu’on pourrait le croire. Et c’est particulièrement vrai en ce qui concerne les chats. Une étude a notamment montré que les chats sont aptes à comprendre différentes expressions et émotions humaines, mais choisissent tout simplement de les ignorer.

Les chats font la différence entre les voix familières et celles des étrangers

De manière générale, les chats domestiques sont considérés comme étant des animaux de compagnie assez froids et plutôt indifférents à ce que pourrait ressentir leur entourage, notamment leurs compagnons humains. De nombreuses personnes attribuent cette indifférence à un manque de capacité affective et empathique. Mais selon la science, c’est loin d’être le cas. En fait, selon une nouvelle étude réalisée par les chercheurs de l’université Paris-Nanterre, le comportement des chats peut changer tout simplement en entendant la voix de leur propriétaire.

Selon les résultats de l’étude publiée dans la revue Animal Cognition, les chats sont en fait capables de faire la distinction entre la voix des personnes qu’ils connaissent et les étrangers, et ainsi d’ajuster leur comportement en conséquence. Mais leur compréhension du langage humain va encore plus loin. Les chercheurs ont également constaté que les chats sont aptes à faire la différence entre les différentes modulations du langage humain, même si leurs réactions sont beaucoup plus modérées et subtiles par rapport à celles des chiens.

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont rassemblé 16 chats pour les soumettre à plusieurs tests. Dans le premier test, on a fait écouter aux chats des enregistrements vocaux de phrases prononcées par leur propriétaire ou par des étrangers. Durant ce test, on a observé les changements dans leur comportement, qu’il s’agisse d’un simple mouvement des oreilles, de la queue ou de la dilatation des pupilles. Il a été constaté que lorsqu’un étranger prononçait leur nom, les chats ne réagissaient quasiment pas. Mais lorsque ce sont leurs propriétaires qui ont prononcé leur nom, 10 des 16 chats ont affiché une variété de comportements suggérant qu’ils y prêtaient une attention accrue.

chat
— Creative Cat Studio / Shutterstock.com

Les chats réagissent également aux changements dans le ton utilisé par leur propriétaire

Dans deux autres tests, les chercheurs ont fait écouter aux chats des enregistrements dans lesquels leurs propriétaires et des étrangers leur parlaient soit avec un ton enfantin, soit avec un ton normal. Il a été observé que la moitié des chats du groupe étaient beaucoup plus réactifs lorsque leurs propriétaires utilisaient un ton plus enfantin. Selon les chercheurs, cela suggère que les chats sont capables de faire la différence entre le ton utilisé lorsque les humains s’adressent spécifiquement à eux et lorsqu’ils se parlent entre eux.

Il faut savoir que les humains ont en effet tendance à utiliser un registre spécifique lorsqu’ils s’adressent à leurs animaux de compagnie. Il s’agit notamment d’un registre similaire à celui qu’on utilise lorsqu’on s’adresse à un bébé, avec un discours plus long, plus mélodique et un ton généralement plus aigu. Notons que de précédentes études ont montré que le « baby-talk » est plus susceptible de capter l’attention des chiens. Jusqu’à présent, rien ne suggérait que c’était également le cas pour les chats.

Mais il semblerait finalement que ce soit le cas. Cette étude « apporte des preuves supplémentaires pour encourager les humains à considérer les chats comme des individus sensibles et communicatifs », a ainsi conclu Charlotte de Mouzon, auteure principale de l’étude, selon un rapport de The Guardian

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Callicarpa
Callicarpa
25 jours

Il suffit de vivre avec des chats et de s’intéresser à eux, pour se rendre compte qu’ils comprennent tout ce qu’on leur dit. Et contrairement à ce que certains pourraient penser, ils ont des sentiments identiques à ceux de l’homme. Et c’est du vécu