― © François GOGLINS / Wikimedia Commons

A une période où les psychothérapeutes sont plus utiles que jamais, Lauriane Perez, psychologue à Nantes et à La Chapelle-Heulin, a eu l’idée d’une initiative salvatrice pour les habitant.es de cette commune de l’Ouest de la France.

La santé mentale en France : une urgence sanitaire trop peu abordée

L’isolement dû à la crise sanitaire a un effet dévastateur sur la santé mentale des Français. Une enquête de Santé publique France a révélé que le nombre de Français.es ayant fait l’expérience d’un état dépressif a doublé entre fin septembre et début novembre. Le directeur général de la Santé Jérome Salomon relève que « la crise sanitaire du Covid-19 a révélé la vulnérabilité psychique de nombreux Français ».

A La Chapelle-Heulin, une commune de 3 200 habitants située dans le Vignoble de Nantes, la psychologue Lauriane Perez constate une recrudescence des demandes de rendez-vous thérapeutiques depuis le début de la crise sanitaire. Interrogée par Ouest-France, elle témoigne : « Depuis le deuxième confinement, il y a énormément de mal-être. Plus qu’au début. Il y a beaucoup d’anxiété, de difficultés à se projeter. Et dans un petit village, il y a souvent une crainte d’exprimer sa détresse. D’où l’idée de suivis individuels pour rompre avec l’isolement. »

― TZIDO SUN / Shutterstock.com

Une initiative solidaire

Soutenue par le Centre communal d’action sociale (CCAS) de La Chapelle-Heulin, la psychologue a pensé trois groupes de soutien gratuits à destination des habitant.es isolé.es durant cet hiver. Deux se dérouleront en visioconférence, et le dernier en présentiel.

La psychologue a préféré s’assurer que cette aide soit à la portée de toutes et tous : « Beaucoup de personnes sont isolées mais n’ont pas forcément les moyens de consulter un psychologue libéral », explique-t-elle.

Lauriane Perez envisage de reconduire l’expérience si les retours des habitant.es sont positifs. Ces entretiens lui permettront également d’établir un rapport sur les effets de la pandémie sur la santé psychique des habitant.es de la commune.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de