puce électronique champignon
— Savelov Maksim / Shutterstock.com

Récemment proposés comme alternative écologique au cuir, les champignons pourraient également être utilisés pour créer des circuits imprimés biodégradables, selon une nouvelle étude.

Une découverte fortuite

Alors qu’ils étudiaient la possibilité d’utiliser des champignons pour isoler efficacement les bâtiments, Martin Kalternbrunner et ses collègues de l’université Johannes Kepler ont remarqué que l’espèce Ganoderma lucidum possédait une peau extérieure particulièrement robuste, protégeant le tissu pulpeux sous-jacent des agents pathogènes et d’autres types d’organismes fongiques.

« Nous avons découvert que sa peau pouvait être facilement retirée puis séchée, formant ainsi un matériau robuste, flexible et résistant à la chaleur », détaille Kalternbrunner. « Bien qu’il soit capable de supporter des températures allant jusqu’à 250 ºC, lorsqu’il est laissé dans un environnement approprié, il se biodégrade complètement. »

Compte tenu de ces propriétés, les chercheurs autrichiens estiment que ce nouveau matériau, baptisé « MycelioTronic » et récemment décrit dans la revue Science Advances, pourrait prochainement être utilisé comme substrat pour les cartes de circuits imprimés dans les appareils électroniques flexibles.

puce électronique champignon
— spainter_vfx / Shutterstock.com

D’importantes implications

Actuellement, les substrats de ces cartes sont constitués de polymères difficiles à séparer des autres composants, ce qui complique le recyclage des puces. Selon les auteurs de la nouvelle étude, une fois le substrat à base de champignon biodégradé, les éléments non dégradables restants peuvent être facilement retirés et recyclés.

Le matériau pourrait également être utilisé dans des implants médicaux, conçus pour se dissoudre en tout sécurité dans le corps une fois leur mission remplie.

L’équipe autrichienne a expliqué avoir d’ores et déjà mis au point des capteurs de proximité et d’humidité fonctionnels dans lesquels des puces électroniques classiques ont été soudées sur un substrat MycelioTronic. La prochaine étape consistera à créer un circuit imprimé entièrement biodégradable.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments