Cinq ans après avoir sorti un patient du coma en utilisant un traitement à base d’ultrasons, des chercheurs américains ont obtenu des résultats similaires chez deux autres sujets. Explications.

Des progrès spectaculaires observés chez trois patients

En 2016, le professeur Martin Monti et ses collègues de l’université de Californie avaient utilisé un petit dispositif pour délivrer des impulsions d’ultrasons focalisés de faible intensité au niveau du thalamus (véritable centre de traitement du cerveau dont la fonction se trouve généralement affaiblie chez les personnes souffrant de formes sévères d’altération de la conscience) d’un patient de 25 ans dans le coma.

Suite à l’administration du traitement, l’état du patient s’était amélioré de façon spectaculaire. Alors que ce dernier ne montrait que des signes minimes de conscience auparavant, il était totalement éveillé et capable de répondre aux questions qui lui étaient posées en secouant ou en hochant la tête. Toutefois, en raison du caractère unique d’un tel cas, les chercheurs s’étaient à l’époque demandé si cette amélioration était due au traitement où si le patient était sorti de lui-même du coma.

Dans le cadre de travaux récemment présentés dans la revue Brain Stimulation, l’équipe de Monti a réitéré cette performance chez deux autres sujets.

Illustration montrant le dispositif et l’emplacement du thalamus

Le premier patient était un homme de 56 ans se trouvant dans un état de conscience minimale depuis plus de 14 mois après avoir subi une attaque cérébrale. À l’issue du premier traitement par ultrasons, celui-ci a été capable de saisir ou de lâcher une balle lorsqu’on lui disait de le faire et de regarder l’une des deux photos de ses proches lorsque leurs noms étaient mentionnés. Une fois le second traitement complété, il a également été capable de porter une bouteille à sa bouche, d’utiliser un stylo et du papier, et de communiquer verbalement.

Le second cas concernait une femme de 50 ans se trouvant dans un état de conscience moindre que celui du premier sujet depuis son arrêt cardiaque survenu deux ans et demi plus tôt. Après son premier traitement, celle-ci a notamment été capable d’identifier différents objets du quotidien, tels qu’un peigne et un crayon.

— Tyler Olson / Shutterstock.com

Deux séances de stimulation de dix minutes

Dans les deux cas, deux séances ont été dispensées à une semaine d’intervalle. Chacune d’elles consistait à placer l’appareil à ultrasons sur les tempes des patients, puis à l’activer à dix reprises pendant 30 secondes sur une période de dix minutes. D’après les scientifiques, le traitement se révèle sûr et ne produit aucun effet secondaire indésirable, car la quantité relativement faible d’énergie émise par l’appareil est inférieure à celle utilisée pour une échographie Doppler traditionnelle.

Il convient toutefois de noter que le traitement n’a eu aucun effet sur un troisième patient, un homme de 58 ans se trouvant dans le coma depuis cinq ans et demi suite à un grave accident de voiture. Néanmoins, les résultats obtenus jusqu’à présent se révèlent prometteurs.

— Leigh Prather / Shutterstock.com

Une version portative du dispositif en cours de développement

« Le fait qu’ils aient tous deux montré des réponses significatives quelques jours seulement après l’intervention est remarquable », a souligné Monti. « Bien que nous espérions de tels résultats, voir la situation de deux de nos trois patients se trouvant dans un état de coma chronique s’améliorer de façon aussi significative dans les jours ayant suivi le traitement est particulièrement encourageant. »

Les scientifiques planifient actuellement d’autres études et ont indiqué qu’une version commerciale et portative du dispositif, qui pourrait être utilisée de façon routinière dans les hôpitaux ou même au domicile des patients, était également en cours de développement. Toutefois, celle-ci ne sera probablement pas disponible avant plusieurs années.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de